l’Union européenne et AstraZeneca s’expliquent devant la justice


La pandémie due au Covid-19 a fait plus de 3,475 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, mardi 25 mai.

Après les Etats-Unis (près de 591 000), les pays comptant le plus grand nombre de morts sont le Brésil qui a passé la barre des 450 000 victimes, l’Inde (307 000), le Mexique (221 000) et le Royaume-Uni (127 000).

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués.

  • Baisse des contaminations et des morts au niveau mondial

Le variant du coronavirus détecté en Inde pour la première fois a été officiellement signalé dans 53 territoires, a annoncé, mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport. L’OMS a en outre reçu des informations, provenant de sources non officielles, selon lesquelles le variant B.1.617 a été trouvé dans sept autres territoires. Selon le rapport, ce variant B.1.617 manifeste une transmissibilité accrue tandis que la gravité des cas concernée est en cours d’étude.

Le nombre de nouveaux cas et de décès du Covid-19 a continué de décroître la semaine passée avec plus de 4,1 millions de nouveaux cas et 84 000 décès supplémentaires, soit des baisses respectives de 14 % et 2 % par rapport à la semaine précédente.

La région Europe de l’OMS est celle qui a enregistré le recul le plus fort de contaminations et de décès sur les sept jours écoulés, suivie par l’Asie du Sud-Est. Le nombre de cas constatés dans les Amériques, la Méditerranée orientale et la région Afrique est similaire à celui de la semaine précédente.

« Malgré une tendance mondiale à la baisse ces quatre dernières semaines, les cas de Covid-19 et les décès restent élevés et des hausses significatives ont été répertoriées dans nombre de pays à travers le monde », précise le document.

  • Crainte d’une troisième vague au Brésil

Avec 2 173 nouvelles victimes en vingt-quatre heures, le Brésil a dépassé, mardi, le seuil des 452 000 morts de Covid-19, selon le dernier bilan du ministère de la santé. Ce pays de 212 millions d’habitants compte aussi 16 millions de cas confirmés de contaminations, dont plus de 73 000 en une seule journée.

Si la moyenne de décès quotidiens reste stable autour de 1 900 depuis dix jours, les épidémiologistes craignent une troisième vague de contaminations en raison de la hausse constante de la moyenne d’infections quotidiennes depuis le début du mois de mai.

Cette hausse pourrait être directement liée au fait que les autorités sanitaires des différents Etats du Brésil ont commencé à assouplir les restrictions il y a un mois, quand le nombre de décès amorçait une légère baisse. La propagation du virus pourrait être favorisée par le début le mois prochain de l’hiver austral, avec des températures plus basses, notamment dans le sud du pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : au Brésil, les mensonges de l’ex-ministre de la santé pour protéger Jair Bolsonaro

Quelque 42,7 millions de personnes ont reçu une dose de vaccin, soit 20,14 % de la population et 21 millions les deux doses (9,9 %). La menace d’une troisième vague ne semble pas préoccuper le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui a pris la tête dimanche d’un défilé de plusieurs milliers de motards à Rio de Janeiro, suivi d’un bain de foule sans masque.

  • L’UE et AstraZeneca au tribunal

Les bureaux d’AstraZeneca, à Cambridge, en Angleterre.

La bataille entre l’Union européenne (UE) et AstraZeneca descend dans l’arène judiciaire, mercredi, pour une audience devant un tribunal belge consacrée à la présumée violation des obligations du laboratoire anglo-suédois qui n’a pas livré les quantités de vaccins anti-Covid promises aux Vingt-Sept.

Dans un premier temps, devant un juge saisi en urgence – le contrat signé est de droit belge –, les 27 pays membres réclament de recevoir les doses promises pour le premier trimestre 2021. L’échéance du contrat a été fixée à mi-juin, selon la Commission. L’UE estime que le laboratoire devra s’acquitter de pénalités financières s’il ne respecte pas ce calendrier.

Lire aussi : AstraZeneca au cœur de la guerre des vaccins contre le Covid-19 entre Londres et Bruxelles

AstraZeneca n’a livré au premier trimestre que 30 millions de doses sur les 120 millions qu’il était tenu contractuellement de fournir. Pour le trimestre en cours, le second, il ne prévoit de livrer que 70 millions sur les 180 millions initialement promises. Le groupe dément avoir manqué à ses obligations. Dès fin avril, il a dénoncé une procédure « sans fondement ».

Les Européens reprochent également au géant pharmaceutique de n’avoir pas utilisé pour livrer l’UE ses deux usines britanniques, mentionnées dans le contrat, privilégiant le Royaume-Uni avec cette production. AstraZeneca travaille avec deux autres sites, aux Pays-Bas et Belgique.

Bruxelles argumente que des fonds européens ont été engagés pour le développement du vaccin et le renforcement des capacités industrielles du laboratoire. Me Rafaël Jafferali, un des avocats de la Commission, a accusé AstraZeneca d’avoir « violé de nombreuses obligations au titre du contrat de précommandes ». « Cela touche à la production comme à la livraison des vaccins », a-t-il assuré.

Lire aussi Vaccin anti-Covid-19 : l’Union européenne ne poursuit pas son contrat avec AstraZeneca à la fin du mois de juin

« Il n’y a pas d’obligation d’utiliser des sites [de production] : c’est peut-être ce que la Commission souhaite, mais ce n’est pas prévu dans le contrat », a répliqué Me Hakim Boularbah, avocat d’AstraZeneca, à l’occasion d’une audience de procédure le 28 avril.

La décision du juge des référés devrait être rendue d’ici quelques jours. Ce rendez-vous judiciaire a lieu au moment où le vaccin AstraZeneca doit faire face à une défiance tenace dans le grand public en raison de très rares cas de thromboses qu’il peut provoquer.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vaccin d’AstraZeneca : comment évaluer le rapport bénéfices-risques

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *