Moins de 3000 patients en réanimation pour la première fois depuis janvier


Malgré la réouverture des cinémas, théâtres et terrasses depuis le 19 mai dernier, les chiffres de l’épidémie poursuivent leur décrue. Le total des patients hospitalisés est quant à lui au plus bas depuis octobre.

2993 personnes se trouvent actuellement en soins critiques à cause du coronavirus en France : ils étaient encore 3028 samedi et 3104 vendredi, alors qu’il s’était maintenu autour de 6000 entre la mi-avril et début mai, au plus fort de la troisième vague. Il y a eu ce dimanche, à l’heure actuelle, 44 nouveaux décès, ce qui porte à 82.990 le nombre total de décès recensés des suites du virus en France depuis le début de l’épidémie, selon les données de Santé Publique France.

Signes de la nouvelle décrue des formes graves observées chez des patients atteints du virus, on comptait seulement 43 nouvelles admissions en réanimation aujourd’hui, soit une trentaine de moins que la semaine dernière. Quant au nombre de cas recensés, il était de 8541 aujourd’hui, un chiffre inférieur de plus d’un millier à celui de dimanche dernier.

Au total, 16.775 malades du Covid étaient hospitalisés dimanche en France (dont 199 admis au cours des dernières 24 heures), contre 16.847 la veille. Il faut cette fois remonter à fin octobre, en pleine ascension de la deuxième vague, pour retrouver un nombre aussi bas.

Finis par ailleurs les critères d’âge ou d’état de santé pour être vacciné : à partir de ce lundi, toute la population majeure de France sera éligible à la vaccination contre le Covid-19, étape cruciale pour éviter un rebond de l’épidémie alors que les restrictions s’allègent peu à peu. Les 18-49 ans étaient officiellement la dernière catégorie à pouvoir intégrer sans conditions la campagne de vaccination, qui s’est élargie par paliers depuis son démarrage fin décembre. À ce jour, plus de 25 millions de Français ont reçu au moins une première dose de vaccin, et 11,6 millions ont reçu l’ensemble des doses nécessaires à une couverture vaccinale complète.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *