A Paris, les restaurants revivent mais gare à la rentrée



A Paris, les restaurants revivent mais gare à la rentrée

Huit heures, Paris s’éveille. Les terrasses affichent déjà complet. Au menu: un café, un croissant et un journal. Midi: déjeuner de travail au soleil. Puis, la journée se termine par un verre en terrasse avec des amis sur les quais de Seine, suivi d’un diner à la fraîche. Ainsi a repris la vie parisienne depuis le 19 mai. « C’est la définition même de l’art de vie à la française. Ca fait tellement plaisir de voir les terrasses remplies! », se réjouit Franck Delvau, coprésident de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) d’Ile-de-France.

A Paris, sur 16.000 cafés, bars et restaurants, environ 10.000 disposent d’une terrasse -qu’elle soit historique ou éphémère, pour la période estivale. Ces derniers ont pour partie rouvert leurs portes le 19 mai. « D’autres n’ont pas souhaité rouvrir, car la jauge de 50% en extérieur n’est pas rentable, mais ils sont prêts pour le 9 juin et n’ont qu’une hâte: retrouver leur clientèle », précise Franck Delvau. Dès mercredi prochain, outre les terrasses, l’accès en salle sera de nouveau autorisé, à condition de respecter la jauge de 50% côté restaurateurs et, pour les clients, de se signaler sur un cahier de rappel permettant un traçage en cas de contamination au Covid-19. Pour l’heure, « on observe une

hent déjà complet. Au menu: un café, un croissant et un journal. Midi: déjeuner de travail au soleil. Puis, la journée se termine par un verre en terrasse avec des amis sur les quais de Seine, suivi d’un diner à la fraîche. Ainsi a repris la vie parisienne depuis le 19 mai. « C’est la définition même de l’art de vie à la française. Ca fait tellement plaisir de voir les terrasses remplies! », se réjouit Franck Delvau, coprésident de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) d’Ile-de-France.

A Paris, sur 16.000 cafés, bars et restaurants, environ 10.000 disposent d’une terrasse -qu’elle soit historique ou éphémère, pour la période estivale. Ces derniers ont pour partie rouvert leurs portes le 19 mai. « D’autres n’ont pas souhaité rouvrir, car la jauge de 50% en extérieur n’est pas rentable, mais ils sont prêts pour le 9 juin et n’ont qu’une hâte: retrouver leur clientèle », précise Franck Delvau. Dès mercredi prochain, outre les terrasses, l’accès en salle sera de nouveau autorisé, à condition de respecter la jauge de 50% côté restaurateurs et, pour les clients, de se signaler sur un cahier de rappel permettant un traçage en cas de contamination au Covid-19. Pour l’heure, « on observe une fréquentation plus élevée que celle qu’on espérait, avec un ticket moyen supérieur à d’habitude. »

Cette hausse de la consommation suffira-t-elle à reflouer suffisamment les caisses et à payer leurs terrasses? Car oui, la gratuité des terrasses c’est terminé à la fin de l’été! Anne Hidalgo, maire de Paris, l’a annoncé ce mercredi 2 juin au micro de BFMTV-RMC: « Dès fin septembre, les terrasses resteront telles quelles, mais une redevance devra être payée ». Selon Anne Hidalgo, la ville de Paris a déjà perdu 47 millions d’euros avec cette mesure. Pour l’Umih, cette décision reste satisfaisante: « La gratuité devait se terminer fin juin. Nous avions demandé une prolongation jusqu’à fin 2021. Finalement, c’est au 30 septembre, je trouve que c’est un bon compromis », salue Franck Delvau.

Les terrasses éphémères vont perdurer

Les professionnels du secteur se réjouissent surtout de la pérennisation des terrasses éphémères, autorisées lors du premier déconfinement en mai 2020, donnant la possibilité aux cafetiers de s’installer sur des places de stationnement. « Anne Hidalgo a toujours montré sa volonté de diminuer les voitures à Paris. Autant que ça nous serve. Que les terrasses éphémères perdurent est une très bonne nouvelle! Maintenant, nous sommes en discussion avec la ville pour que tous les ans, du 15 mars au 15 septembre, les cafés et restaurants puissent retrouver ces espaces », avance Franck Delvau.

Lire aussiA Paris, le bruit des 8.000 terrasses éphémères fait craquer les riverains

Les futurs tarifs d’occupation des terrasses, applicables dès fin septembre, n’ont pas encore été communiqués aux restaurateurs: « Nous nous attendons aux tarifs habituels. Cela serait incompréhensible qu’ils augmentent, alors qu’on se relève tout doucement de la crise », ajoute le coprésident de l’Umih. A Paris, cinq tarifs sont appliqués selon plusieurs critères, notamment le quartier et le type de terrasses (ouverte ou fermée). Les prix peuvent varier de moins de 50 euros le mètre carré à plus de 2.000 euros. Les équipements tels que les chauffages ou les écrans font aussi varier le coût.

« Le remboursement du PGE doit être repoussé »

Au-delà de la fin de la gratuité des terrasses, la profession redoute d’autres échéances. Les aides de l’Etat vont déjà diminuer de manière dégressive, tout au long de l’été. Si bien que fin août, le fonds de solidarité ne sera plus disponible aux professionnels du secteur et le chômage partiel ne sera pris en charge qu’au minimum. « La rentrée de septembre s’annonce floue. Nous comptons sur les touristes de cet été pour remplir les trésoreries, mais nous n’avons pour l’instant que quelques réservations », insiste Franck Delvau.

La principale revendication de l’UMIH concerne le PGE (prêt garanti par l’Etat). En France, 10.000 entreprises du secteur ont eu recours à cette aide, mais ce prêt devra être remboursé au printemps 2022. Pour les professionnels, cette échéance est irréaliste: « Nous demandons de reporter ce remboursement à 2028-2029, ou de l’organiser de manière différente. Il ne doit pas devenir une charge supplémentaire dans les prochains mois. L’Allemagne a décidé de le repousser, je pense que c’est une bonne chose », renchérit le coprésident de l’Umih d’Ile-de-France. Après les manifestations des Gilets jaunes, les grèves contre la réforme des retraites et les confinements successifs, les cafés et restaurants parisiens redoutent une nouvelle rentrée difficile, qui pourrait s’avérer fatale pour certains.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *