la piste du laboratoire chinois se précise


RÉCIT – Des enquêteurs américains traquent les mensonges de Pékin et pointent la possibilité d’un «accident de laboratoire» à l’automne 2019 à l’Institut de virologie de Wuhan.

Plus d’un an après le début d’une pandémie qui a bouleversé la planète, infecté au moins 170 millions de personnes et fait plus de 3,5 millions de morts dans le monde, le mystère de l’origine du Covid-19 reste entier. Toutes les questions et les tentatives d’enquête se sont heurtées au refus obstiné de la Chine de communiquer les moindres données sur cette épidémie partie de son territoire. Statistiques inaccessibles ou effacées, scientifiques, diplomates et journalistes étrangers interdits d’accès, Pékin oppose un déni agressif émanant du plus haut niveau de l’appareil d’État, de Xi Jinping lui-même.

Le débat a pourtant été relancé par la révélation selon laquelle plusieurs scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan auraient été hospitalisés dès novembre 2019. Non seulement cette information indique que la pandémie aurait commencé bien plus tôt que ce qu’avait dit la Chine, mais elle ouvre la vertigineuse possibilité que la plus grande catastrophe sanitaire de l’histoire contemporaine

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *