La célèbre photo du manifestant debout devant les chars de Tiananmen a disparu du moteur de recherche Bing


« Tank Man », l’image devenue symbole de la répression du mouvement pour la démocratie en juin 1989, a disparu du moteur de recherche Bing, le 4 juin 2021.

L’image a fait le tour du monde : en pleine répression du mouvement démocratique de Tiananmen à Pékin, le 5 juin 1989, un homme se dresse, seul, face à une colonne de chars. A défaut d’avoir un nom, cet inconnu, devenu symbole de la résistance, a un surnom : « Tank Man » (« l’homme au char »).

Etonnament, le célèbre cliché a disparu du moteur de recherche Bing, vendredi 4 juin, à la veille de l’anniversaire de la répression. « C’est dû à une erreur humaine et nous travaillons activement à y remédier », a expliqué un porte-parole de Microsoft, le géant de l’informatique propriétaire de Bing, plusieurs heures après des signalements dans la presse américaine.

Sur Google Images, le service concurrent très largement dominant sur Internet, la recherche de « Tank man » faisait apparaître des centaines d’occurrences des images prises notamment par les photographes américains Jeff Widener et Charlie Cole qui avait reçu en 1990 le prix World Press de la photo de l’année.

Lire aussi Charlie Cole, l’un des photographes de « l’homme au char » de Tiananmen, est mort

Un cliché méconnu en Chine

Les manifestations en faveur de la démocratie s’étaient déroulées pendant sept semaines en 1989. Leur répression avait fait des centaines, voire plus d’un millier de morts. Mais le cliché reste largement méconnu en Chine en raison de la censure.

Le pays dispose d’un vaste système de surveillance d’Internet qui lui permet d’en expurger tout contenu jugé sensible, comme les critiques politiques ou la pornographie. Au nom de la stabilité, le pays impose aux géants du numérique d’avoir leurs propres censeurs pour réaliser cette tâche en amont.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Ils ont tiré sur tout ce qui bougeait » : le récit du massacre de Tiananmen dans « Le Monde » du 6 juin 1989

A défaut de se plier à cette réglementation, l’immense majorité des moteurs de recherche et réseaux sociaux étrangers – Google, Facebook, Twitter… – sont bloqués en Chine et les internautes ne peuvent y accéder qu’avec un logiciel de contournement (VPN). Mais la disparition de la photo sur Bing, en dehors de la Chine, semble incompréhensible.

Toute commémoration de la répression de Tiananmen est interdite en Chine, et la région semi-autonome de Hongkong était le seul endroit où elle était tolérée. Mais avec le tour de vis de Pékin à l’encontre de toute forme d’opposition dans l’ancienne colonie britannique, la veillée traditionnelle aux chandelles a été, cette année, interdite.

Lire aussi Hongkong : la Chine critique les consulats des Etats-Unis et de l’UE pour leurs bougies commémorant Tiananmen

Le parc où elle se tient est resté vide pour la première fois en trente-deux ans, puisque, l’année dernière, certains avaient bravé l’interdiction édictée en raison de la pandémie de Covid-19.

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *