Euro: Eriksen « stable » à l’hôpital, l’Europe du foot soulagée


A tournoi paneuropéen, émotion paneuropéenne: le malaise samedi du Danois Christian Eriksen, toujours hospitalisé dimanche dans un état « stable », a provoqué une vague de sympathie à travers tout le continent, où domine le soulagement d’avoir évité un drame en plein match de l’Euro.

L’effondrement soudain d’Eriksen sur la pelouse du stade Parken de Copenhague lors de Danemark-Finlande, puis la réaction impeccable des joueurs, du public et surtout des services médicaux qui ont pratiqué un massage cardiaque puis évacué le milieu danois… Tout cela restera sans doute comme l’une des images fortes de cet Euro de football au format inédit, organisé dans 11 villes de 11 pays.

Eriksen (29 ans) a rapidement repris connaissance samedi soir et pu rassurer, depuis l’hôpital, ses partenaires éplorés. Ces derniers ont alors demandé à reprendre le match, interrompu juste avant la pause, et la rencontre s’est achevée sur une victoire de la Finlande (1-0), historique pour cette sélection néophyte dans les grandes compétitions… mais anecdotique vu le contexte.

Eriksen, lui, était toujours conscient et « stable » dimanche matin, a annoncé la fédération danoise de football (DBU).

« Ce matin, nous avons parlé avec Christian Eriksen qui a salué ses coéquipiers. Sa condition est stable et il est toujours hospitalisé pour des examens complémentaires », a indiqué la DBU dans un tweet.

– « Christian a trompé la mort » –

La prise en charge rapide et efficace du joueur par les services d’urgence a sans doute été décisive, comme l’a expliqué le médecin de la sélection danoise Martin Boesen. « L’équipe médicale (du tournoi) est vite arrivée et avec leur aide, (…) on a réussi à faire +revenir+ Christian », a-t-il révélé.

Une réactivité « essentielle », saluée auprès de l’AFP par Emmanuel Orhant, directeur médical de la Fédération française (FFF): « A partir du moment où il y a eu un arrêt du coeur, il y a très peu de chance qu’il reparte tout seul. C’est par les soins réalisés par le médecin de l’équipe danoise et par l’équipe urgentiste de terrain que ce joueur a pu rester vivant », analyse-t-il.

Devant l’ampleur du choc, le décrassage des joueurs danois prévu dimanche à la mi-journée a été reporté, a expliqué la chaîne danoise TV2. « Il y a davantage besoin d’une récupération mentale que physique dans une telle matinée », a souligné le journaliste Patrick Petersen de TV2.

Un supporter brandit le maillot du milieu danois Christian Eriksen, évacué sur une civière après son malaise lors du match de groupes de l'Euro contre la Finlande, le 12 juin 2021 à Copenhague (POOL/AFP - Jonathan NACKSTRAND)

Un supporter brandit le maillot du milieu danois Christian Eriksen, évacué sur une civière après son malaise lors du match de groupes de l’Euro contre la Finlande, le 12 juin 2021 à Copenhague (POOL/AFP – Jonathan NACKSTRAND)

Les tabloïds danois ont d’ailleurs résumé le sentiment général: « Choc à Parken », a titré B.T., tandis que pour Ekstra Bladet, « Christian a trompé la mort ».

Le quotidien de référence, Politiken, a coupé court à toute polémique en défendant le redémarrage du match, près de deux heures après le malaise d’Eriksen.

– Le Portugal rattrapé par le Covid –

« Il doit être difficile de jouer au football dans ces circonstances. Mais c’était ce qu’il fallait faire, aussi implacable que soit la tâche », peut-on lire.

« Quelle frayeur! » a titré le quotidien sportif madrilène As, tandis que pour son homologue Marca « les champions de l’Euro » sont « les médecins ».

En France, le quotidien L’Equipe a évoqué « un match pour la vie », avec une belle photo d’Eriksen courant sur le terrain, un léger sourire aux lèvres, loin des images inquiétantes du joueur, les yeux révulsés, diffusées samedi soir en mondovision – ce qui a poussé la BBC à s’excuser d’avoir relayé de telles scènes.

« Ca aurait pu tourner au drame », a commenté dimanche le sélectionneur français Didier Deschamps sur TF1. « Heureusement que le service médical sur place a fait tout ce qu’il fallait pour qu’aujourd’hui son état soit stable. Ce sont des choses qui peuvent arriver, malheureusement. »

L’émotion autour d’Eriksen a temporairement fait passer au second plan la compétition, qui vit dimanche son troisième jour… et a été rattrapée par d’autres considérations médicales avec le test positif au Covid-19 du Portugais Joao Cancelo.

Le défenseur latéral, aussitôt remplacé au sein de l’effectif des tenants du titre, vient ajouter le Portugal à la liste des sélections qui ont vu leur approche du tournoi perturbée par le coronavirus, après les Pays-Bas, l’Espagne ou la Suède, notamment.

Sur le terrain, c’est au tour de l’Angleterre d’entrer en lice dimanche, face à la Croatie à Wembley (15h00). L’Autriche affronte dans la foulée (18h00) la Macédoine du Nord à Bucarest, et les Pays-Bas reçoivent l’Ukraine à Amsterdam (21h00).



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *