fbpx

Olivier Véran alerte sur la possibilité d’une quatrième vague «dès la fin juillet»


Sur son compte Twitter, le ministre de la Santé note que le virus «ne baisse plus». Il a rappelé dimanche l’importance des gestes barrières et de la vaccination.

Se dirige-t-on vers une quatrième vague plus précoce que prévu ? Alors que médecins et infectiologues s’inquiètent depuis plusieurs semaines d’une nouvelle recrudescence de l’épidémie de Covid-19 pour la rentrée, à cause du variant Delta, le ministre de la Santé Olivier Véran a alerté dimanche sur la possibilité qu’elle advienne plus tôt que prévu.

«Depuis cinq jours, le virus ne baisse plus, il réaugmente. À cause du variant Delta qui est très contagieux», a constaté le ministre sur Twitter. «L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin juillet. Nous pouvons la limiter et en limiter l’impact sanitaire : gestes barrières, vaccin, tester/alerter/protéger», a-t-il ajouté.

À VOIR AUSSI – «On n’a pas complètement écrasé l’épidémie»: Olivier Véran met en garde contre une nouvelle vague de Covid-19 dès juillet

Un œil sur la situation britannique

Olivier Véran garde un œil particulièrement attentif sur l’évolution du variant Delta chez nos voisins britanniques, qui ont toujours plusieurs semaines d’avance sur la situation épidémique en France. Majoritaire outre-Manche, ce variant particulièrement contagieux représentait 97,53% des nouveaux cas au 3 juillet. Sur le sol français, il plafonne aujourd’hui à 20%, comme l’indiquait le ministre de la Santé en début de semaine dernière.

Dans l’Hexagone, c’est la stagnation des chiffres qui inquiète le gouvernement. Après une baisse significative ces dernières semaines, qui a notamment permis la levée du couvre-feu et du masque à l’extérieur, le nombre de nouveaux cas restait stable dimanche 4 juillet. Les hôpitaux comptaient ainsi 7913 malades du Covid-19 (contre 7912 samedi et 8986 le dimanche précédent), dont 1104 en soins critiques (1102 la veille et 1345 il y a sept jours). Sur les dernières 24 heures, 41 malades (contre 79 la veille) sont entrés à l’hôpital et 12 patients (17 la veille) ont été admis en soins critiques, réservés aux malades les plus gravement atteints.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.