face aux réticences, Emmanuel Macron durcit le ton


Le chef de l’État est intervenu à la télévision pour insister sur l’importance de la vaccination et défendre le passe sanitaire. «Nous allons vivre encore plusieurs mois avec ce virus», a-t-il annoncé.

Gravité et tentative de conviction. Face au haut niveau de l’épidémie en métropole et à la «situation dramatique» des Antilles, l’exécutif a décidé de durcir le ton. Mercredi, Emmanuel Macron a appelé au «civisme» pour atteindre «la vaccination de tous les Français» qui peuvent l’être, tout en décidant de nouvelles mesures, dont un confinement strict en Guadeloupe.

Conseil de défense sanitaire, Conseil des ministres exceptionnel : le dispositif convoqué depuis une salle exiguë du fort de Brégançon, en visioconférence, devait démontrer la solennité du message adressé à la population. Devant micros et caméras, en introduction des réunions, le chef de l’État a de nouveau mis en garde les Français, jusqu’à donner l’impression d’une épidémie sans fin. «La crise sanitaire n’est pas derrière nous. Nous allons vivre encore plusieurs mois avec ce virus», a-t-il déclaré, deux jours après ­l’extension contestée du passe sanitaire aux principaux lieux de la vie quotidienne.


En Guadeloupe et en Martinique, à peine 23 % de la population a reçu une première dose de vaccin, contre 67 % en métropole

Pour preuve, le président

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *