ils achètent des faux passes sanitaires qui ne fonctionnent pas


Les fraudes à la vaccination se multiplient alors que le passe sanitaire se généralise en Europe. En Italie, il est entré en vigueur le 6 août malgré les contestations. Pour y échapper, certains se sont laissés tenter par l’achat d’un faux, mais l’ont amèrement regretté. En effet, le précieux sésame… ne fonctionnait pas. En prime, les vendeurs ont réclamé une nouvelle somme pour ne pas diffuser d’informations personnelles.

Les acheteurs lésés s’étaient rendus sur une chaîne de la messagerie cryptée Telegram. Les administrateurs affirment que « grâce aux données que vous nous fournissez, un médecin de notre équipe remplit un certificat de vaccination ».

Malgré les tarifs prohibitifs – 300 euros le passe sanitaire, 500 pour deux et un lot de quatre QR codes pour 900 euros – les acheteurs ont payé. Mais à la réception, ils se sont rendu compte de l’arnaque. Le QR Code ne fonctionnait pas. Ils ont alors demandé un remboursement au vendeur, le menaçant de dénonciation à la police. Celui-ci a répondu, menaçant : « Afin de prouver à quelques imbéciles que les menaces et les tentatives d’intimidation n’ont fait que nuire à leur personne, nous avons décidé de donner à toutes les personnes qui ont soumis des demandes, 24 heures à partir de ce moment pour envoyer un paiement de 350 euros en bitcoin ».

Des menaces contre la vie privée

Dans une série de tweets Matteo G.P Flora, fondateur de The Fool, une entreprise spécialisée dans la réputation en ligne, a analysé les flux en ligne. Il estime la somme récupérée par les vendeurs à environ 7 600 dollars. «Il y a un vrai risque d’usurpation d’identité quand on donne des informations sensibles à des personnes malveillantes», avait prévenu Xavier Ducros, de la société de cyber sécurité Check Point auprès du Figaro.

En Italie, ces ventes fleurissent. Ce 9 août, la police italienne affirme ainsi avoir procédé à des perquisitions et des saisies contre les administrateurs de 32 chaînes Telegram opérant dans tout le pays et offrant de faux passes sanitaires à des milliers d’abonnés, d’après le quotidien Corriere Della Sera . Quatre personnes ont été mises en examen pour suspicion d’escroquerie et de faux.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *