«L’exécutif ne fait rien pour atténuer le fossé entre les deux camps»


FIGAROVOX/ENTRETIEN – Les clivages suscités par le passe sanitaire sont sociologiques avant tout. Or le gouvernement veut «chauffer à blanc» ses propres électeurs à huit mois de la présidentielle, argumente Jean-Philippe Dubrulle, directeur d’études à l’Ifop.

Jean-Philippe Dubrulle est directeur d’études à l’Ifop, spécialisé dans les études politiques et les intentions de vote.


FIGAROVOX. – Peut-on établir un profil sociologique des opposants au passe sanitaire ?

Jean-Philippe DUBRULLE. – Quand on demande aux Français s’ils soutiennent ou s’ils ont de la sympathie pour les mouvements de protestation contre le passe sanitaire, on constate qu’environ 40% des Français ont aujourd’hui un regard positif sur ces mobilisations. Dans le détail, ils sont plus d’un sur deux chez les 25-34 ans. Cette tranche d’âge correspond à celle des jeunes actifs, tout juste sortie d’études, qui ont subi de plein fouet la crise sanitaire, en termes d’emploi mais aussi au niveau des restrictions de circulation. Parmi les plus en pointe du soutien au mouvement anti-passe sanitaire figurent aussi les commerçants, les indépendants, ainsi que les catégories populaires (les ouvriers et les employés). Par-delà la crise du coronavirus, les commerçants pâtissent de l’instabilité

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *