Véran fustige des slogans «douteux voire complètement crades»


Le ministre de la Santé fustige notamment les slogans antisémites inscrits sur des pancartes lors des derniers rassemblements anti-passe sanitaire et vaccination.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a fustigé les slogans «parfois extrêmement douteux, voire complètement crades», des manifestants antivaccination et anti-passe sanitaire, les appelant à regarder en face «la réalité» des centaines de personnes hospitalisées non vaccinées.

«Vous avez des gens qui se mobilisent contre la vaccination, dont on parle beaucoup et à mon sens beaucoup trop. Vous avez 200.000 personnes qui ont manifesté un samedi pour dire qu’ils ne voulaient pas du vaccin avec des pancartes extrêmement bariolées et des motifs parfois extrêmement douteux, voire complètement crades», a-t-il déclaré jeudi 12 août au soir à la presse lors d’une visite au CHU de Martinique, à Fort-de-France.

Le ministre faisait allusion à des slogans antisémites inscrits sur des pancartes lors des derniers rassemblements anti-passe sanitaire et vaccination. Une enseignante a ainsi été interpellée pour en avoir brandi une dans une manifestation à Metz début août. Elle sera jugée pour «provocation publique à la haine raciale» le 8 septembre.

À VOIR AUSSI – Qui sont les anti-passe sanitaire ?

De nombreux jeunes patients hospitalisés

Olivier Véran a estimé qu’il faudrait au contraire «davantage parler» des «deux ou trois fois plus de gens» qui dans la même journée «font la queue pour se faire vacciner». Il a appelé à s’interroger: «Quel regard on portera sur l’attitude collective que nous aurons eue pendant cette période du Covid ? Alors que les hôpitaux se remplissent, on est encore là à s’interroger pour savoir si on attend avant d’aller se faire vacciner ?», a-t-il critiqué.

Il a fait valoir que de nombreux patients hospitalisés au CHU de Fort-de-France sont des jeunes non vaccinés, parfois sans comorbidités, «en bonne santé il y a quelques jours», mais «aujourd’hui sur le ventre intubés ventilés dans le coma dans les services de réanimation». Alors «je dis aux personnes qui s’interrogent «venez». Venez, demandez à voir la situation sanitaire telle qu’elle est, demandez aux patients qui sont dans des brancards dans les couloirs et dans les services de réanimation (…) Venez regarder la réalité en face et ensuite osez regarder les populations en disant +Il ne faut pas se faire vacciner, il y aurait des doutes+.»

«L’heure n’est plus au doute. Ca fait très longtemps que les doutes ont été levés, il y a des mois et des mois de recul sur ces vaccins, des milliards d’humains qui ont été vaccinés, vous devez vous lancer», a-t-il exhorté. Des appels à un quatrième samedi de manifestations contre le passe sanitaire et la vaccination anti-Covid ont été lancés dans toute la France. La mobilisation n’a cessé de progresser chaque samedi, atteignant 237.000 personnes le 7 août selon le ministère de l’Intérieur.

À VOIR AUSSI – Covid-19: Emmanuel Macron défend la gestion «démocratique» de la crise sanitaire



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *