Didier Raoult poussé vers la retraite


Frappé par la limite d’âge pour être professeur d’université, le médiatique et controversé microbiologiste marseillais avait pourtant demandé à rester directeur de l’IHU à mi-temps.

Didier Raoult rattrapé par la retraite : le 31 août prochain, il aura atteint l’âge de cessation obligatoire d’activité pour les professeurs des universités. L’emblématique professeur, accoutumé des prises de position controversées durant la crise du Covid-19 pourrait donc quitter l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille qu’il a créé il y a vingt ans et qu’il dirige depuis.

Théoriquement, le maintien de Didier Raoult à la tête de l’IHU, ne répond pas aux mêmes critères d’âge, mais jeudi 18 août au soir, dans les colonnes du Monde, Monde  François Crémieux, le nouveau directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et Eric Berton, le président d’Aix-Marseille Université (AMU), se montre réticent.

«Il pourrait rester en poste, explique au Monde  François Crémieux, mais il n’est pas raisonnable que l’IHU soit dirigé par quelqu’un qui n’est plus ni praticien hospitalier ni universitaire.» Selon le quotidien, François Crémieux et le président d’Aix-Marseille Université (AMU), Eric Berton, proposeront à la fondation qui pilote l’IHU de lancer un appel d’offres pour remplacer Didier Raoult, dans un contexte de pandémie mondiale.

Le Pr Raoult a initialement proposé de continuer à travailler deux jours et demi pour l’IHU selon un cumul emploi retraite. Une proposition qui aurait été déclinée selon Le Monde, qui cite le professeur Jean-Luc Jouve, président de la commission médicale d’établissement (CME).

Eric Breton, le président d’Aix-Marseille Université souhaite, lui, une «transition dans la clarté» et la «continuité». Pour François Crémieux, l’IHU a besoin d’«un chercheur ou une chercheuse, légitime, charismatique et reconnu(e) par ses pairs dans le domaine des maladies infectieuses».


À VOIR AUSSI – Pourquoi Didier Raoult séduit-il autant de monde ?



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *