fbpx

Immobilier: quel est le profil de l’emprunteur idéal?



Immobilier: quel est le profil de l'emprunteur idéal?

Selon les chiffres de l’Insee en 2019, en France métropolitaine, près de 58% des ménages ont fait le choix d’être propriétaires pour ce qui est de leur résidence principale. Un chiffre très important qui a tendance à être stable depuis quelques années. Pourtant, nombreux sont ceux qui souhaiteraient franchir le pas et abandonner leur statut de locataire pour accéder à la propriété. Ce désir est renforcé par des taux de crédit très bas depuis maintenant plusieurs mois. Néanmoins, ces taux attractifs ne doivent pas occulter le fait que les banques ont tendance à durcir leurs conditions d’octroi de crédits immobiliers. Ne souhaitant prendre aucun risque, elles sont à la recherche de l’emprunteur idéal. Un statut un peu flou et parfois difficile à cerner.

Entre garanties de revenus, solidité du statut, taux d’endettement, âge, apport personnel, gestion personnelle, pas toujours facile de savoir si un crédit immobilier est ou non accessible. Voici quelques éléments concrets pour essayer d’y voir plus clair et avoir les clés pour constituer un dossier à même de séduire les banques dans le cadre d’un investissement immobilier qui nécessite dans tous les cas de bien calculer son budget (frais inclus).

La stabilité de la situation professionnelle souvent exigée pour un crédit

Lorsqu’une personne sollicite une ou plusieurs banques dans le but d’obtenir un crédit immobilier, le premier point qui va être observé concerne la situation professionnelle du demandeur. Très clairement, le fait de disposer d’un CDI (contrat à durée indéterminée) est un véritable atout. Idem pour les personnes ayant le statut de fonctionnaire. Clairement associé à une stabilité dans le temps, il permet de rassurer la banque quant aux capacités de remboursement du crédit souscrit. Pour les non-salariés installés à leur compte, il convient de présenter des bilans financiers solides et surtout stables depuis plusieurs années. Un crédit immobilier étant un emprunt à long terme, 15, 20, voire 25 ans ou plus, cette stabilité est vraiment un atout important.

Emprunter en couple peut également faciliter l’accès au crédit, mais là encore il est souvent demandé qu’au moins l’une des personnes soit embauchée en CDI. Pour les ménages ayant des revenus modestes, l’emprunt à deux est sans doute la seule solution pour réaliser un investissement immobilier et devenir propriétaire. 

Les profils d’emprunteurs privilégiés par les banques

Sans surprise, les personnes seules ou ménages disposant de revenus confortables ont beaucoup plus de chances de voir leur demande de crédit aboutir. Pour les banques, des revenus importants et réguliers représentent une forme de garantie, et il n’est pas rare que les clients présentant un tel profil se voient accorder des taux d’emprunt encore plus intéressants, parfois même inférieurs à 1%. Les jeunes actifs sont également une clientèle privilégiée. La tranche d’âge allant de 25 à 35 ans est très recherchée par les organismes prêteurs. Là encore, une situation professionnelle stable et éventuellement un emprunt en couple favorisent très largement les démarches et peuvent permettre de négocier des taux d’intérêt favorables. Souvent primo-accédants, les jeunes ont donc toutes leurs chances pour séduire les banquiers. C’est également le cas des professions libérales, à condition d’avoir débuté leur activité depuis au moins trois années et que leurs revenus soient confortables et stables.

Obtenir un crédit immobilier sans avoir le profil idéal reste possible

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un profil idéal pour un crédit immobilier, loin de là. Néanmoins, l’accession à la propriété n’est pas forcément impossible pour autant. Le marché de l’immobilier se porte bien et connaît même un regain d’activité dans les villes moyennes. De ce fait, les banques n’ont pas d’intérêt à fermer l’accès au crédit à une frange importante de la population. Mais pour les convaincre, il est essentiel de présenter un dossier solide. Un apport personnel est un élément indispensable pour espérer obtenir un crédit immobilier. En dessous de 10% de la somme demandée, le refus sera quasiment systématique, et moins les revenus sont importants, plus la part de l’apport personnel devra être conséquente. Avec un apport personnel de 30 à 40% de la valeur du bien concerné, l’accès au crédit est grandement facilité.

La banque va également s’intéresser de près au taux d’endettement du souscripteur. Concrètement, le montant de remboursement des crédits en cours ne doit pas excéder 35% des revenus. Au-delà de ce seuil, la possibilité de souscrire un prêt immobilier n’est généralement pas envisageable. Autre point essentiel, la faculté à démontrer que le demandeur gère de façon responsable son argent. Des découverts récurrents, une vie au-dessus de ses moyens ou des achats impulsifs réguliers ont de quoi rebuter les banques. En revanche, une capacité d’épargne démontrée sur la durée a de quoi séduire. À noter que cette capacité d’épargne, ainsi que l’apport personnel et le taux d’endettement, sont des critères pris en compte pour l’ensemble des demandeurs de crédit, mais qu’ils prennent une importance encore plus grande si vous ne présentez pas le profil idéal au départ, surtout en cette période où les banques calment le jeu sur l’octroi de crédits immobiliers.

(Par la rédaction de l’agence hREF)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.