la France et plusieurs pays occidentaux cessent leurs opérations d’évacuation


Les services français à la manœuvre sur place quitteront Kaboul quelques heures après les dernières évacuations vendredi, alors que plusieurs pays ont déjà terminé leurs opérations, dont le Canada, la Pologne et les Pays-Bas.

L’opération française en Afghanistan s’achèvera totalement vendredi 27 août au soir, échéance après laquelle «on ne peut plus procéder aux évacuations à partir de l’aéroport de Kaboul», a annoncé ce jeudi 26 août le premier ministre français Jean Castex sur RTL.

Cette date butoir est «imposée par les Américains» dont le dispositif se retirera le 31 août, a précisé une source gouvernementale. Les évacuations de populations afghanes s’effectueront jusqu’au jeudi 26 août au soir voire vendredi 27 août au matin, «quelques heures» avant le départ des militaires et services de l’ambassade à la manœuvre sur place, selon cette même source. «La France fera le maximum pour maintenir le plus longtemps possible ce dispositif», dont la fin précédera de «quelques heures» le départ des militaires et services de l’ambassade à la manœuvre sur place, assure cette même source gouvernementale.

Invité de RTL, Jean Castex a rappelé jeudi qu’«autour de 2500» personnes avaient été évacuées depuis la prise de Kaboul par les talibans le 15 août, comprenant des ressortissants français mais surtout des «Afghans qui ont apporté, à un titre ou à un autre, leur concours à l’armée, etc. et des familles, des artistes, des journalistes…» La ministre des Armées Florence Parly a précisé le propos du premier ministre plus tard dans la journée, évoquant sur Twitter «plus de 2700 personnes» évacuées «depuis le lundi 16 août». «La mobilisation continue», a-t-elle ajouté.

D’autres pays achèvent également leurs évacuations

Jeudi, Londres a averti que la menace terroriste contre l’aéroport était «très sérieuse» et «imminente», sans pour autant suspendre les opérations. De leur côté, les Pays-Bas ont annoncé devoir interrompre leurs vols, sur demande des forces américaines. «Les Pays-Bas ont été informés aujourd’hui par les États-Unis qu’ils devaient partir et vont probablement organiser les derniers vols plus tard dans la journée», ont annoncé les ministres néerlandaises des Affaires étrangères et de la Défense dans une lettre au Parlement. «Il s’agit d’un moment douloureux parce que cela signifie que, malgré les efforts importants dans la période récente, des gens éligibles à l’évacuation vers les Pays-Bas seront abandonnés», estiment la cheffe de la diplomatie Sigrid Kaag et la ministre de la Défense Ank Bijleveld.

Le personnel de l’ambassade néerlandaise ainsi qu’une équipe militaire à Kaboul partiront également à bord des derniers avions jeudi. «Tout ce qu’il est possible de faire est réalisé pour aider les centaines de personnes qui se trouvent actuellement à l’intérieur de l’aéroport à prendre les vols prévus aujourd’hui», selon la lettre. Un avion Hercules C-130 restera dans la région en cas d’urgence. L’armée américaine a ordonné aux Néerlandais de stopper leurs opérations à l’aéroport de Kaboul en amont du retrait des troupes américaines le 31 août, a indiqué le Premier ministre néerlandais Mark Rutte lors d’une conférence de presse à La Haye. «Les Américains nous ont demandé de mettre fin à nos opérations. C’est une terrible nouvelle», a-t-il déclaré.

Les Pays-Bas ont évacué 1.500 personnes, des ressortissants néerlandais et des Afghans, depuis que Kaboul est tombée aux mains des talibans. 118 autres personnes ont pu dans des bus atteindre l’aéroport dans la nuit et allaient pouvoir être évacuées. Jeudi après-midi, il n’était «pas encore très clair» combien de ressortissants néerlandais étaient encore en Afghanistan, a poursuivi M. Rutte. «Le fait est, et c’est la mauvaise nouvelle, que nous ne pouvons pas emmener avec nous les Néerlandais avec leurs familles» qui sont encore à Kaboul, a-t-il ajouté.

Les Pays-Bas sont en contact avec la France et la Belgique, qui ont également annoncé l’arrêt des évacuations, ainsi qu’avec le Royaume-Uni et l’Allemagne pour discuter de la marche à suivre, a-t-il précisé. Les autorités polonaises ont également annoncé jeudi que la Pologne avait achevé, «pour des raisons de sécurité», sa mission d’évacuation d’Afghanistan après avoir transporté plus de 1300 personnes.

Des circonstances qui se sont «rapidement détériorées»

C’est aussi le cas de la Hongrie, qui a annoncé la fin de sa mission d’évacuation en Afghanistan, après avoir exfiltré 540 personnes depuis la chute de Kaboul aux mains des talibans, dont une grande majorité de ressortissants afghans qui avaient coopéré avec les forces hongroises. «L’opération est terminée», a annoncé le ministre de la Défense Tibor Benko lors d’une conférence de presse à Budapest. L’ensemble des Hongrois et Afghans «qui nous ont contactés ont pu être évacués», a affirmé le ministre. Des Américains et Autrichiens figurent également sur la liste.

Les 450 Afghans, dont quelque 180 enfants, ont pour l’heure été placés en quarantaine sur le territoire hongrois dans le cadre des mesures anti-Covid. Leur situation va désormais être examinée au cas par cas, selon les autorités.

«Nos opérations d’évacuation ont cessé» il y a quelques heures, a aussi annoncé jeudi un représentant du ministère de la Défense canadien, le général Wayne Eyre, lors d’un point presse. «Il y a huit heures le dernier vol a quitté le pays» et il ne reste sur place qu’«une petite équipe de liaison sur le terrain», a-t-il ajouté évoquant des circonstances sur place qui «se sont rapidement détériorées». Plusieurs pays occidentaux ont appelé leurs ressortissants à s’éloigner au plus vite de l’aéroport de Kaboul en raison de menaces «terroristes».

Les Etats-Unis mobilisés jusqu’au 31

Les évacuations d’Afghanistan vont continuer «jusqu’à la fin de la mission» américaine prévue le 31 août, a quant à lui affirmé ce jeudi le ministère américain de la Défense, démentant qu’elles puissent se terminer «dans 36 heures».

«Nous continuerons à évacuer autant de personnes que possible jusqu’à la fin de la mission», a tweeté le porte-parole du Pentagone John Kirby. «Les opérations d’évacuation de Kaboul ne vont pas prendre fin dans 36 heures», a-t-il assuré.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *