Les actions vouées au surplace avant le discours de Powell



Les actions vouées au surplace avant le discours de Powell

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes sont attendues proches de l’équilibre vendredi à l’ouverture, à quelques heures du discours de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, qui tient les marchés mondiaux en haleine depuis plusieurs jours déjà.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une quasi-stabilité pour le CAC 40 à Paris comme pour l’EuroStoxx 50, un repli de 0,09% pour le Dax à Francfort et une hausse de 0,12% pour le FTSE 100 à Londres.

C’est à 14h00 GMT que Jerome Powell doit prendre la parole dans le cadre du symposium annuel organisé par la Fed de Kansas City, une conférence réduite cette année à une journée d’interventions en ligne par la pandémie de COVID-19.

Les investisseurs attendent du président de la Fed qu’il précise le diagnostic économique de la banque centrale et surtout qu’il donne de nouvelles indications sur le « tapering », la réduction à venir de ses achats d’obligations, maintenus pour l’instant au rythme de 120 milliards de dollars par mois.

Jeudi, plusieurs responsables de la Fed ont plaidé en faveur du « tapering », notamment Robert Kaplan, le président de l’antenne régionale de Dallas, qui a minimisé l’impact du variant Delta du coronavirus sur l’économie.

Beaucoup d’investisseurs estiment que Jerome Powell devrait adopter un ton plus mesuré dans son discours.

« Même si le président Powell devrait (…) poser les bases d’un éventuel tapering, nous nous attendons à ce qu’il penche pour la prudence et la patience cette semaine au vu de la détérioration du paysage économique depuis la réunion de juillet », explique ainsi Candice Bangsund, gérant de Fiera Capital.

L’indice large européen Stoxx 600 a gagné 0,33% sur les quatre premières séances de la semaine et le CAC 40 0,6%, effaçant ainsi une partie des pertes subies la semaine dernière, les plus lourdes depuis février pour le premier et depuis octobre pour le second.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en baisse jeudi après des indicateurs économiques mitigés et les déclarations de membres de la Réserve fédérale en faveur d’un resserrement de la politique monétaire, deux facteurs qui ont incité les investisseurs à la prudence à la veille du discours de Jerome Powell.

La tension géopolitique liée à l’Afghanistan a également pesé sur la tendance.

L’indice Dow Jones a cédé 0,54%, ou 192,38 points, à 35.213,12 points, le S&P-500 a perdu 26,28 points, soit 0,58%, à 4.469,91 et le Nasdaq Composite a reculé de 96,05 points (-0,64%) à 14 945,81.

Tous les grands secteurs de la cote ont fini dans le rouge à l’exception de l’immobilier, qui a grappillé 0,1%.

Les contrats à terme sur les trois grands indices suggèrent pour l’instant une amorce de rebond à l’ouverture.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a fini la journée en baisse de 0,36% dans le sillage de Wall Street, des achats à bon compte en fin de séance n’ayant permis que de limiter ses pertes. Il a regagné 2,32% sur l’ensemble de la semaine.

Les actions chinoises sont mieux orientées: le SSE Composite de Shanghai gagne 0,47% et le CSI 300 0,43%. Les injections de liquidités de la banque centrale dans le système bancaire, au plus haut depuis février sur l’ensemble de la semaine, alimentent les espoirs de nouvelles mesures de soutien à l’activité économique.

CHANGES/TAUX

Le dollar cède un peu de terrain face aux autres grandes devises (-0,08%) avant le discours de Jerome Powell même si les tensions liées à la situation à Kaboul, en favorisant le repli sur les valeurs jugées les plus sûres, limitent ses pertes.

L’euro s’échange autour de 1,1760.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans recule à 1,3374%, poursuivant le repli entamé en fin de séance jeudi après un pic de deux semaines à 1,375%.

Sa baisse est favorisée par les tensions géopolitiques, les attentats de jeudi à Kaboul faisant craindre un affaiblissement de l’administration Biden.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans est stable à -0,417% dans les premiers échanges.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en nette hausse, soutenu par l’interruption de la production de plusieurs compagnies dans le golfe du Mexique à l’approche d’Ida, une tempête tropicale qui pourrait devenir un ouragan d’ici un jour ou deux.

Le Brent gagne 1,66% à 72,25 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) s’adjuge 1,77% à 68,61 dollars.

(Avec Hideyuki Sano à Tokyo, édité par Blandine Hénault)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *