Commande géante de 255 Airbus A321 au salon de Dubaï



Commande géante de 255 Airbus A321 au salon de Dubaï

Airbus a frappé fort en décrochant dimanche 14 novembre une commande groupée de 255 avions monocouloirs A321 par quatre compagnies en ouverture du salon aéronautique de Dubaï, le premier d’ampleur depuis le début de la pandémie. Avec cette annonce, l’avionneur européen confirme l’ascendant pris sur son rival américain Boeing, qui ne s’est présenté qu’avec une commande pour la conversion en avions cargo de onze B737 d’ancienne génération. La méga-commande d’Airbus émane de quatre compagnies aériennes appartenant à la société d’investissement américaine spécialisée dans le transport aérien Indigo Partners.

Dans le détail, 102 appareils sont destinés, à la compagnie à bas coûts hongroise Wizz Air, 91 à la low-cost américaine Frontier Airlines, 39 à la mexicaine Volaris et 23 à la chilienne Jetsmart, selon un communiqué de l’avionneur européen. La valeur de la commande s’élève à plus de 33 milliards de dollars (près de 29 milliards d’euros) selon le dernier prix catalogue publié en 2018 par l’avionneur, un tarif quasiment jamais appliqué. Le montant réel de la transaction n’a pas été révélé.

Prix attractif

De fait, une telle commande groupée permet aux acheteurs d’obtenir un prix attractif, a convenu Guillaume Faury le président exécutif d’Airbus lors de la cérémonie de signatures, pour qui c’est du « donnant-donnant ». Les livraisons auront lieu à partir de 2025.

En dépit d’un rebond cet été, le trafic aérien mondial n’est que de moitié ce qu’il était avant-crise et ne devrait retrouver son niveau de 2019 qu’entre 2023 et 2025. Le segment des appareils monocouloirs et des liaisons moyen-courrier, moins soumis aux restrictions de circulation que les voyages longues distances, est amené à redémarrer en premier. « Nous voulons être positionnés tôt pour la reprise », a expliqué Bill Franke, le patron d’Indigo Partners.

Sur les 255 appareils A321, 29 sont du futur modèle XLR, un monocouloir dit à « très long rayon d’action » capable d’effectuer les liaisons long-courrier traditionnellement dévolues aux gros porteurs (B777, A350) mais aussi des vols moyen-courrier traditionnels. L’A321 XLR, lancé en 2019 et 2023, rencontre un franc succès commercial, selon Airbus. Il pose également problème à Boeing qui n’a aucun appareil à lui opposer.

Lire aussiAura Aero, Ampaire, VoltAero… Qui gagnera la guerre de l’avion électrique?

Intérêt croissant pour le fret

Plus généralement, cette commande confirme l’intérêt croissant des compagnies pour l’A321, qui représente dorénavant près de 60% des commandes d’appareils de la famille A320 (A319, A320 et A321). Et l’avionneur européen a de longues années de production devant lui avec plus de 7.500 monocouloirs dans son carnet de commande.

Autre bonne nouvelle pour l’européen : la commande par les Émirats de deux avions ravitailleurs A330 MRTT pour son armée de l’Air, ce qui portera à cinq appareils sa flotte. Face à cela, Boeing a fait profil bas dimanche avec l’annonce d’un contrat avec le loueur islandais Icelease pour la conversion de onze monocouloirs 737 en avions cargo. Cette commande n’implique donc pas de construction de nouveaux avions.

Elle illustre un appétit des transporteurs mondiaux pour le fret aérien. Le trafic cargo mondial dépassait en septembre de plus de 9% son niveau de 2019, selon l’Association internationale du transport aérien (Iata).

L’essor du commerce en ligne, les difficultés de la chaîne logistique mondiale à l’heure de la reprise économique en sont à l’origine. À cela s’est ajouté la faiblesse persistante du trafic aérien mondial, notamment les long-courrier, alors que la moitié du fret aérien est traditionnellement transportée dans les soutes des avions passagers.

Conversions en cargo

Les commandes d’avions cargo gros-porteurs mais également les conversions en cargo d’avions passagers sont donc amenées à se développer, espèrent les avionneurs. « C’était un phénomène naissant avant le Covid, où nous ne pouvions tout simplement pas convertir suffisamment de 737 », a affirmé à des journalistes le président de la division services de Boeing, Ted Colbert.

Boeing dit prévoir un besoin de 1.720 conversions d’avions passagers en avions cargo au cours des vingt prochaines années et avoir déjà obtenu « plus de 200 commandes et intentions de la part de 19 clients ».

De son côté, ATR, le constructeur européen d’avions régionaux, a profité du premier jour du salon pour annoncer la commande de sept ATR-72 pour la compagnie espagnole Binter Canarias (quatre appareils) et la roumaine Tarom (trois avions).

(Avec AFP)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *