Biden veut interdire tout nouveau forage pétrolier autour d’un site amérindien du Nouveau-Mexique


Le président américain Joe Biden, qui a depuis son investiture pris plusieurs décisions en faveur des nations amérindiennes, a annoncé lundi son intention d’interdire tout nouveau forage pétrolier autour d’un site sacré pour certaines d’entre elles.

Il a promis de «passer à l’action pour protéger» le site de Chaco Canyon, dans l’État du Nouveau-Mexique (sud-ouest), lors d’un sommet virtuel avec des représentants des nations amérindiennes.

Trancher avec la politique «pro-pétrole»

L’administration fédérale va étudier la possibilité d’interdire, pendant vingt ans, l’octroi de toute nouvelle concession fédérale pour l’exploitation d’hydrocarbures dans un rayon de 10 miles (16 kilomètres) autour du Chaco Culture National Historical Park, selon un communiqué. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, ce site désertique riche en vestiges archéologiques est d’une très grande importance historique et spirituelle pour de nombreuses nations et tribus amérindiennes, dont les Pueblos.

La mesure lancée par Joe Biden ne s’appliquera pas aux exploitations existantes, pas plus qu’aux parcelles appartenant à des particuliers, à l’État du Nouveau-Mexique ou à des entités tribales. La décision, qui tranche avec la politique résolument pro-pétrole de son prédécesseur Donald Trump, intervient dans un contexte particulier pour l’administration Biden.

Les prix de l’essence flambent aux États-Unis, et nombreux sont les membres de l’opposition républicaine qui estiment que ce n’est pas le moment de freiner l’exploitation d’hydrocarbures. Le président démocrate a pris depuis son arrivée à la Maison Blanche une série de décisions en faveur des nations amérindiennes, qui ont été particulièrement éprouvées par la pandémie de Covid-19. «Nous trouvons les bonnes solutions quand vous (les représentants des Amérindiens) avez votre place autour de la table», a dit lundi Deb Haaland, première Amérindienne jamais nommée dans un gouvernement fédéral.

Cette membre de la tribu Laguna Pueblo du Nouveau-Mexique est secrétaire à l’Intérieur. Ce terme désigne dans l’administration américaine un département gérant les ressources naturelles d’immenses terres fédérales (environ un cinquième de la surface du pays) ainsi que les réserves amérindiennes.

Joe Biden a en particulier suspendu un projet de pipeline (Keystone XL) très critiqué par certaines tribus, et a rétabli la superficie de trois zones protégées, dont le site de Bears Ears dans l’Utah (ouest), que Donald Trump avait tronquées, suscitant la colère de tribus autochtones. Il a aussi été le premier président américain à célébrer le 11 octobre la «Journée des peuples autochtones».

Ce jour-là a marqué aux États-Unis le «Columbus Day», en hommage à Christophe Colomb, une figure historique de plus en plus contestée en particulier par les représentants des Amérindiens.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *