confiner les seuls non-vaccinés serait-il possible en France ?


LA VÉRIFICATION – À l’heure où l’Autriche confine ses citoyens qui refusent l’injection, le regain épidémique pourrait mener l’exécutif français à envisager ce scénario. Mais serait-ce juridiquement fondé ?

LA QUESTION. «Nous voulons absolument éviter d’en arriver là». Alors que l’Autriche reconfine dès ce lundi les réfractaires à la vaccination anti-Covid, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est montré très sceptique sur une telle option… sans pour autant l’écarter. «Il faut tout faire pour éviter un nouveau confinement, a-t-il estimé dimanche sur BFMTV, parce que ce n’est pas bon pour nous, pour nos vies privées, pour la société, pour le moral de nos enfants, pour l’économie». A son tour, le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner, a affirmé ce lundi que la majorité ne «souhait(ait) pas» une telle extrémité, laissant entendre toutefois que l’alternative restait pourtant envisageable. «Toutes les hypothèses sont sur la table, car nous sommes face à un virus qui nous surprend et peut encore nous surprendre», a évasivement déclaré l’élu.

Interrogés également sur la question ce dimanche, deux des cinq participants au débat de la primaire LR, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, ont affirmé qu’ils n’hésiteraient pas à cibler les non-vaccinés en cas de nouvelles restrictions. «S’il y a des décisions difficiles à prendre, je les prendrai à l’égard des non-vaccinés», a déclaré le président de la région des Hauts-de-France. Premier pays à en venir à une telle extrémité, l’Autriche a-t-elle créé un précédent ? Un confinement sélectif pourrait-il être envisagé dans l’Hexagone, et que dit le droit français à ce sujet ? En particulier, instaurer un régime différentiel entre vaccinés et non-vaccinés serait-il constitutionnel ?

VÉRIFIONS. La question d’un confinement

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *