Japon: Covid-19 et pénuries ont fait rechuter le PIB au troisième trimestre



Japon: Covid-19 et pénuries ont fait rechuter le PIB au troisième trimestre

Le produit intérieur brut (PIB) du Japon a rechuté plus fortement que prévu au troisième trimestre sous l’effet de la pandémie et des pénuries mondiales, selon des chiffres préliminaires publiés lundi, mais le pire serait désormais passé selon les économistes.

Le PIB de juillet à fin septembre s’est contracté de 0,8% par rapport au deuxième trimestre, selon le gouvernement nippon, un chiffre bien plus mauvais que la prévision du consensus de l’agence Bloomberg (-0,2%).

La reprise économique au Japon a ainsi continué de bégayer, après déjà un repli de 1,1% au premier trimestre suivi d’un timide rebond de la croissance au deuxième trimestre (+0,4% selon un chiffre révisé lundi, contre +0,5% auparavant).

La nouvelle contraction sur le trimestre écoulé s’explique principalement par la faiblesse de la consommation des ménages (-1,2%) alors que le Japon a subi cet été sa pire vague de Covid-19, et par une chute des investissements non résidentiels des entreprises privées (-3,8%).

Le dispositif d’état d’urgence du gouvernement, durant lequel la population était invitée à limiter ses déplacements au maximum et les bars et restaurants à fermer en début de soirée et à ne pas servir d’alcool, a été en vigueur jusqu’à fin septembre, ce qui a plombé la consommation.

L’industrie japonaise a aussi souffert sur la période des pénuries mondiales de semi-conducteurs et d’autres composants: les exportations nippones ont d’ailleurs reculé de 2,1%, une première depuis plus d’un an.

Ce repli des exportations a cependant été plus que compensé par un recul encore plus important des importations (-2,7%).

– Rebond prévu au quatrième trimestre –

Les économistes étaient cependant unanimement optimistes quant à un rebond de la croissance japonaise dès le quatrième trimestre.

« Avec la plupart des restrictions locales (face au Covid-19, NDLR) désormais levées, nous nous attendons à ce que le PIB revienne à ses niveaux d’avant-pandémie ce trimestre », estimait Tom Learmouth dans une note de Capital Economics.

Le nombre de nouvelles infections au Japon s’est effondré en septembre et demeure depuis à des niveaux extrêmement bas: moins de 200 nouveaux cas quotidiens dans tout l’archipel selon la dernière moyenne hebdomadaire.

La campagne nationale de vaccination s’est nettement accélérée à partir du printemps 2021. Quelque 75% de la population du pays a désormais reçu deux doses, l’un des taux les plus élevés parmi les pays développés.

« Par conséquent, toute future recrudescence des infections ne devrait pas empêcher une reprise de la consommation dans les mois à venir » au Japon, selon M. Learmouth.

Il y a un « fort potentiel de croissance en octobre-décembre », renchérissait Yoshiki Shinke, chef économiste de l’assureur nippon Dai-ichi Life dans une note.

Au-delà de l’amélioration de la situation sanitaire au Japon, les difficultés d’approvisionnement en pièces détachées en provenance d’Asie du Sud-Est, qui ont conduit à une réduction significative de la production automobile nippone ces derniers mois, sont en voie d’être résolues, voulait croire M. Shinke.

– Plan de relance en préparation –

Le nouveau Premier ministre japonais Fumio Kishida a par ailleurs fait de la reprise économique l’une de ses grandes priorités.

Il compte faire adopter au Parlement un budget additionnel d’ici la fin de cette année pour financer un nouveau plan de relance, qui selon le quotidien économique Nikkei devrait désormais dépasser 40.000 milliards de yens (plus de 300 milliards d’euros).

Même si ce total devrait inclure des ressources déjà prévues auparavant et des aides également indirectes comme des prêts, ce plan « pourrait soutenir la croissance » japonaise en 2022, admettait l’économiste d’ING Robert Carnell dans une note.

L’une des mesures-phare va consister en une allocation individuelle de 100.000 yens (765 euros) pour tous les jeunes du pays âgés de 18 ans et moins, à l’exception de ceux issus de familles à hauts revenus.

L’efficacité de cette distribution d’argent pour doper la consommation des ménages est toutefois incertaine: en 2020, une mesure similaire n’avait pas empêché la consommation de plonger, les Japonais ayant préféré épargner à la place.

Le gouvernement prévoit aussi de ressusciter début 2022 un programme subventionnant le tourisme intérieur au Japon, suspendu depuis fin 2020 à cause de la recrudescence de la pandémie à l’époque.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *