Les constructeurs aéronautiques espèrent plus de contrats au salon de Dubaï



Les constructeurs aéronautiques espèrent plus de contrats au salon de Dubaï

par Alexander Cornwell et Tim Hepher

DUBAÏ (Reuters) – L’industrie aéronautique mondiale comptait mardi au salon de Dubaï profiter des signes d’une reprise timide pour sortir de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19, qui a laminé ses bénéfices, tout en s’efforçant de répondre aux préoccupations liées au changement climatique.

Après avoir remporté cette semaine d’importantes commandes pour ses avions monocouloir et son nouveau cargo, Airbus a conclu avec la compagnie aérienne koweïtienne Jazeera Airways une commande provisoire portant sur 28 appareils de la famille A320 neo.

Mais les compagnies aériennes cherchent elles aussi à profiter de la perspective d’une reprise pour négocier des concessions à l’occasion de la signature de nouveaux contrats.

Près de 400 appareils ont d’ores et déjà été commandés qu’il s’agisse de commandes fermes ou provisoires. C’est pour l’heure Airbus qui en profite le plus.

Les commandes d’appareils monocouloirs sont privilégiées par les compagnies à bas coûts à l’image de Wizz Air.

« Je pense que c’est un signe de reprise. La deuxième moitié de la décennie, lorsque ces avions seront pour la plupart livrés, est un horizon lointain, et il est donc raisonnable de penser qu’à ce moment-là, le trafic dépassera les niveaux d’avant le COVID », a déclaré Bertrand Grabowski, conseiller indépendant en aéronautique.

« Il est également raisonnable de penser que ceux qui sortiront de la crise avec des coûts plus bas et une meilleure efficacité seront les gagnants. »

Les industriels s’interrogent sur la demande en provenance d’Asie qui a auparavant tiré la demande pour de nouveaux appareils. D’autres s’inquiètent d’une concentration des commandes sur quelques compagnies seulement.

Début novembre, le président de Jazeera Airways avait déclaré à Reuters négocier avec Airbus et Boeing pour une commande d’appareils pour un montant global de deux milliards de dollars.

La jeune compagnie indienne Akasa Air doit de son côté finaliser une commande auprès de Boeing pour environ 70 avions 737 MAX, une commande qui devrait permettre au groupe américain de regagner du terrain sur un marché des monocouloirs en forte croissance.

Boeing compte également sur cette commande pour apporter un nouveau soutien à son 737 MAX longtemps cloué au sol pour des raisons de sécurité après deux catastrophes aériennes.

(Reportage par Tim Hepher, Alexander Cornwell et Aditi Shah, version française Matthieu Protard, édité par Blandine Hénault)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *