Au Royaume-Uni, de la prison ferme pour des militants du climat


Un militant d’Insulate Britain est arrêté après avoir été décollé du toit d’un fourgon de police, devant le Parlement de Londres, le 4 novembre 2021.

Quatre jours après la fin de la conférence mondiale sur le climat (COP26), dont le Royaume-Uni était l’hôte, neuf militants pacifistes de l’association Insulate Britain ont été condamnés, mercredi 17 novembre, à de la prison ferme par la justice britannique, pour avoir bloqué des routes autour de Londres et de Douvres cet automne. Ana Heyatawin, 58 ans, et Louis McKechnie, 20 ans, ont été condamnés à trois mois d’emprisonnement. Ben Buse, 36 ans, Roman Paluch-Machnik, 28 ans, Oliver Rock, 41 ans, Emma Smart, 44 ans, Tim Speers, 36 ans, et James Thomas, 47 ans, ont tous reçu une sentence de quatre mois. Six mois ferme ont été prononcés contre Ben Taylor, 37 ans, la juge Victoria Sharp ayant estimé que les propos de cet activiste très déterminé étaient « incendiaires » et s’apparentaient à un « appel aux armes ».

Ben Taylor a dit à la cour que s’il n’allait pas en prison, il retournerait « bloquer l’autoroute à la première occasion (…). Si vous nous envoyez tous [en prison], 100 personnes vont venir après nous et prendre nos places. Si vous les emprisonnez toutes, 1 000 autres viendront derrière. » « Les prévenus, ou certains d’entre eux, semblent vouloir devenir des martyrs de leur cause », a relevé la juge Sharp. « Ce gouvernement nous a laissés tomber et nous a trahis. (…) Nous restons résolus et déterminés », ont réagi les autres membres d’Insulate Britain sur Twitter mercredi.

L’association, formée à l’été, exige du gouvernement qu’il isole tous les logements sociaux d’ici à 2025 et tous les autres logements d’ici à 2030, afin d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments au Royaume-Uni, considérée comme très médiocre. Insulate Britain est passée à l’action mi-septembre, en bloquant à plusieurs reprises la M25 (l’autoroute qui fait le tour du Grand Londres) avec des moyens très rudimentaires : quelques militants collent leurs mains et leurs pieds au bitume, obligeant les automobilistes et les poids lourds à s’arrêter jusqu’à ce que les forces de l’ordre interviennent.

Ils « menacent le mode de vie » des Britanniques

Un agent de nettoyage décolle la glu répandue sur la route devant le Parlement, après que les manifestants d’Insulate Britain se sont collés sur le macadam, à Londres, le 4 novembre 2021.

Ce mode d’action est directement inspiré de celui d’Extinction Rebellion, mouvement britannique créé en 2018 et appelant à la désobéissance civile pour pousser le gouvernement à l’action contre le réchauffement climatique. Extinction Rebellion a mené plusieurs campagnes d’action et théorisé la tactique d’arrestation de ses membres (qui s’enchaînent ou se collent à des voitures ou au bitume), visant à faire perdre du temps à la police. Ses actions, notamment dans Londres à l’automne, ont donné lieu à des centaines d’arrestations, et exaspéré le Parti conservateur au pouvoir.

Il vous reste 27.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *