fbpx

la carte des départements qui réimposent le port du masque en extérieur


INFOGRAPHIE – Face à une augmentation du nombre de cas, plusieurs départements prolongent ou durcissent l’obligation du port du masque en extérieur ainsi que dans les lieux publics.

La «5e vague (de la pandémie de Covid) est là», a mis en garde ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, tout en assurant qu’elle «n’emportera pas tout sur son passage» grâce à la vaccination, au passe sanitaire et au respect des gestes barrière. «Tout ça peut nous permettre de traverser l’hiver sans avoir à prendre de mesures (de restriction) supplémentaires», a-t-il insisté.

Néanmoins compte tenu du regain de la pandémie dans l’Hexagone, le port du masque est de nouveau obligatoire à l’école primaire depuis le 15 novembre. En effet, le taux d’incidence en France, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants s’élève à 104,6 pour la semaine du 7 au 13 novembre 2021, dépassant largement le seuil d’alerte fixé à 50.

À VOIR AUSSI – Covid-19: «Partout l’épidémie accélère et le virus reprend du terrain», alerte Gabriel Attal

Cette obligation va désormais au-delà des plus jeunes. En effet, dans le Haut-Rhin, le masque sera aussi obligatoire sur tous les marchés de noël dans tout le département. En Loire-Atlantique, le masque redevient obligatoire dans tous les lieux soumis au passe sanitaire. Dans les Côtes-d’Armor, le port du masque reste obligatoire en extérieur pour tout piéton âgé de plus de 11 ans, jusqu’au 31 décembre 2021.

Les décrets des préfectures se suivent et se ressemblent dans plusieurs territoires. Face à la dégradation nette et continue des indicateurs épidémiologiques, plusieurs préfets prolongent ou renforcent les mesures de restriction de l’épidémie de Covid-19.

Si l’obligation générale du port du masque en extérieur a été levée par le gouvernement depuis le 17 juin 2021, il reste en théorie obligatoire en extérieur dans les situations où les règles de distanciation ne peuvent s’appliquer. C’est le cas notamment les marchés, mais aussi dans les files d’attente, aux abords des écoles, des centres commerciaux et des infrastructures de transports.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.