Une hausse des retraites de base de 1,1% attendue au 1er janvier 2022


Les pensions des retraités vont ainsi connaître une hausse supérieure à celle observée en 2021.

1,1% : c’est le taux de la revalorisation que connaîtra la retraite de base en 2022. Un chiffre que la commission des comptes de la Sécurité sociale avait déjà établi en septembre dernier, mais qui a été confirmé ce mardi par le cabinet du secrétaire d’État en charge des retraites, Laurent Pietraszewski, sollicité par Le Monde. Pour rappel, en 2021, cette revalorisation n’avait été que de 0,4%.

Cette revalorisation de 1,1% attendue en 2022 concernera toutes les retraites de base, tant pour les salariés du privé que pour les fonctionnaires et les indépendants. Son niveau est établi par un calcul consacré dans le Code de la Sécurité sociale: il y est précisé, à l’article L.161-25, que la revalorisation de la retraite de base entre en vigueur chaque année au 1er janvier, et qu’elle est indexée «sur la base d’un coefficient égal à l’évolution de la moyenne annuelle des prix à la consommation, hors tabac». Le tout, sur une période allant du mois de novembre de l’année précédente (2020, en l’occurrence) à octobre de l’année en cours (2021).

Revalorisation moindre pour les cadres en novembre

Parallèlement à cette revalorisation, les retraités qui touchent moins de 2000 euros par mois doivent s’attendre au versement, en février 2022, de l’«indemnité inflation». D’un montant de 100 euros, elle a également pour but d’amortir la hausse des prix des biens de consommation et en particulier de l’énergie.

La revalorisation des retraites complémentaires, elle, peut varier d’un organisme à l’autre. C’est ainsi que les pensions complémentaires des 13 millions d’anciens salariés du privé n’ont été revalorisées que de 1% au 1er novembre, soit 0,5 point de moins que l’inflation, au 1er novembre dernier. Une décision prise par les syndicats et le patronat qui gèrent la caisse de retraite dédiée, l’Agirc-Arrco. L’objectif assumé était de rétablir la «trajectoire d’équilibre» mise à mal par le Covid-19, qui a provoqué un déficit de plus de 4 milliards d’euros en 2020.

À VOIR AUSSI – Réforme des retraites: «Les conditions ne sont pas réunies pour relancer ce chantier», annonce Emmanuel Macron



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *