Ces dix indices qui peuvent entraîner un contrôle Urssaf


DÉCRYPTAGE – Travail dissimulé, contrôle fiscal, flux financiers… Ces éléments qui peuvent pousser les agents de recouvrement des cotisations sociales à s’intéresser à une entreprise plus qu’à une autre. Et entraîner des redressements parfois douloureux.

Contrôle Urssaf : ces deux mots font frissonner plus d’un entrepreneur. Aucun n’est en effet à l’abri de voir les Unions de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales vérifier s’il paie correctement ses cotisations sociales. Les travailleurs indépendants, professionnels de santé, particuliers employeurs et autres associations peuvent également être contrôlés.

En 2020, plus de 54.000 actions de contrôle ont été effectuées, un nombre très en retrait par rapport à une année classique, lié à la pandémie de Covid-19. En 2019 par exemple, ce sont 115.000 contrôles qui ont été réalisés (soit 2,1 fois plus qu’en 2020). Au total, le montant des redressements s’est élevé l’an dernier 500 millions d’euros (790 millions en 2019). Si les contrôles «sont sélectionnés pour partie de manière aléatoire» et «ne se fondent pas sur la présomption de fraude de l’entreprise» selon l’Urssaf, plusieurs facteurs peuvent malgré tout augmenter la probabilité d’être contrôlé, rapportent les avocats

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *