Les investisseurs se ruent sur les logements, au détriment des bureaux


Jamais les investisseurs ne s’étaient autant intéressés à l’investissement dans le logement. Sur les neuf premiers mois de l’année, les transactions atteignent 4,3 milliards d’euros, un quasi doublement en un an. Certes, les chiffres sont biaisés par une méga transaction : l’achat du portefeuille Chronos, d’In’li, filiale d’Action Logement, par le groupe Axa pour 2 milliards d’euros. Mais, depuis l’an dernier, cette classe d’actifs vole de record en record, devenant la deuxième la plus prisée des investisseurs institutionnels, juste derrière les bureaux.

Pas une semaine sans annonce d’une grande transaction. Au printemps dernier, le britannique Hines reprenait auprès de Kaufman & Broad un portefeuille de huit ensembles immobiliers, totalisant 500 appartements. Quelques semaine plus tard, la foncière Covivio, qui possédait déjà plus de 40.000 logements en Allemagne, annonçait qu’elle achetait dix-neuf immeubles d’habitation à Berlin, pour une surface totale de 41.500 mètres carrés. Au même moment, la foncière privée Powerhouse Habitat signait l’achat, auprès d’EDF, d’un portefeuille de dix-sept immeubles résidentiels à Paris et en Île-de-France.

Un marché des bureaux fragilisé

La crise du Covid-19 a démontré la fragilité du marché des bureaux soumis non seulement à l’intensité de l’activité économique, mais aussi aux aléas des changements d’usage. Une généralisation du télétravail à deux jours par semaine pour les



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *