l’Europe atteint un record de contaminations quotidiennes depuis le début de la pandémie


Avec près de 300.000 cas détectés mercredi, le continent européen a dépassé le pic de la seconde vague. Ce n’est pas encore le cas, en revanche, pour les seuls pays de l’Union européenne.

«La cinquième vague est là», a alerté Gabriel Attal, mercredi 17 novembre. «Le taux d’incidence est désormais supérieur à 100 sur l’ensemble du territoire», avec une progression «de l’ordre de 40 à 50% par semaine depuis maintenant deux semaines», a précisé le porte-parole du gouvernement. Depuis plusieurs semaines, une nouvelle vague de Covid-19 semble submerger la France, mais plus encore ses voisins européens. Certains d’entre eux sont d’ailleurs revenus à des restrictions drastiques : un confinement pour les personnes non vaccinées en Autriche, une preuve de vaccination obligatoire en Allemagne pour entrer dans les restaurants, les bars ou les salles de sport, un couvre-feu aux Pays-Bas…

À en croire les courbes calculées par Our World in Data, l’Europe a même atteint son record de contaminations quotidiennes mercredi 17 novembre. Avec 299.582 personnes testées positives en moyenne sur sept jours à cette date, le continent a dépassé son dernier pic le plus élevé, atteint le 8 novembre 2020. En pleine seconde vague à l’époque, 287.103 cas positifs avaient été détectés, toujours en moyenne sur sept jours. À l’échelle plus restreinte de l’Union européenne, en revanche, le pic n’a pas encore été dépassé, même si la courbe progresse en flèche depuis le 1er novembre. À ce jour, 188.467 cas positifs ont été détectés en moyenne sur sept jours, contre 218.732 le 8 novembre.

Nombre de cas de Covid-19 en moyenne sur sept jours depuis le 1er mars 2020 (Union européenne et Europe). Our World in Data

Il faut absolument préciser qu’il s’agit des cas de contamination dépistés et non de l’ensemble des contaminations. Or, en raison du très faible nombre de tests de dépistage disponibles lors de la première vague, celle-ci apparaît à peine sur les courbes de Our World in Data, ce qui est bien sûr un biais considérable. Rien ne permet donc d’exclure que le nombre réel de cas actuel n’est pas inférieur au pic de la première vague au début de l’année 2020.

À VOIR AUSSI – Covid-19 : où en est-on vraiment ?

Un ratio de décès moins important dans l’UE qu’en Europe

Malgré tout, les statistiques montrent bien que l’Europe est entrée dans une «cinquième vague» de contaminations. Le mot «confinement» revient d’ailleurs désagréablement ces derniers jours. Mais le nombre de cas ne permet pas de mesurer les conséquences sanitaires d’un tel rebond épidémique. Pour en comprendre l’impact, il faut bien sûr observer un indicateur plus évocateur : le nombre de décès. Premier constat : si l’Europe a dépassé son précédent record en nombre de contaminations et que l’Union européenne n’en est pas loin, elles n’ont pas franchi la barre de leur précédent record en nombre de morts. Au plus fort de la crise, le continent a en effet compté 5606 décès le 25 janvier, en moyenne sur sept jours, et l’Union européenne 3519 le même jour.

Nombre de décès du Covid-19 en moyenne sur sept jours depuis le 1er mars 2020 (Union européenne et Europe). Our World in Date

Par ailleurs, qu’en est-il si l’on compare le nombre de morts au moment des records de contaminations mentionnés ci-dessus ? Là encore, les courbes diffèrent entre l’Europe et l’Union européenne. À l’échelle du continent, 3799 personnes sont mortes du Covid-19 au 17 novembre 2021, en moyenne sur sept jours. Contre 3664 au 8 novembre 2020, précédent pic de contamination. Soit un ratio équivalent (1,2%) entre les deux dates. Pour l’Union européenne en revanche, le ratio de décès est plus faible aujourd’hui que lors du 8 novembre : 1562 morts en moyenne sur sept jours le 17 novembre contre 2659 lors du pic de la seconde vague, soit respectivement 0,8% et 1,2%. L’étude des courbes de Our World in Data confirme d’ailleurs une tendance : si, au pic de la deuxième vague, les contaminations et les décès progressaient de façon quasiment symétrique entre l’Europe et l’Union européenne, ce n’est plus le cas aujourd’hui, avec une pente de décès moins forte que celle des contaminations.

Une différence qui peut s’expliquer par le taux de couverture vaccinale différent ? Au sein de l’Union européenne, 66% de la population est entièrement vaccinée, contre 57% sur l’ensemble du continent européen. Une différence de 9% plus large qu’il n’y paraît, puisque ces 57% prennent en compte les pays de l’UE. On s’en rend d’ailleurs compte en observant le taux de vaccination de certains pays de l’Est, comme la Bosnie-Herzégovine (22%), la Russie (36%) ou encore la Serbie (44%). Comme nous le montrions dans Le Figaro de mercredi, toutes les études scientifiques s’accordent sur le fait que la probabilité de mourir du Covid est beaucoup plus faible pour les personnes vaccinées. Reste que la situation demeure pour le moins compliquée à l’échelle du continent.

Taux de vaccination dans l’Union européenne, en Europe, Serbie, Russie et Bosnie-Herzégovine au 17 novembre 2021. Our World in Date



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *