Tennis: Olé! Garbiñe Muguruza, première Espagnole sacrée au Masters


L’Espagne tient sa première lauréate du Masters WTA: Garbiñe Muguruza a réussi là où Arantxa Sanchez échoua 28 ans plus tôt, remportant à l’expérience sa finale contre l’Estonienne Anett Kontaveit, pour finir en beauté une saison marquant son retour au plus haut niveau.

La lauréate de Roland-Garros en 2016 et Wimbledon en 2017, qui s’est imposée 6-3, 7-5, va finir l’année à la 3e place au classement mondial, selon les projections de la WTA, après trois ans passés loin du top 10. L’Australienne Ashleigh Barty (N.1), qui a renoncé au Masters, et la Bélarusse Aryna Sabalenka (N.2) éliminée en phase de groupes, la devancent.

Agée de 28 ans, Muguruza, qui fut N.1 mondiale en septembre 2017, boucle ainsi de la meilleure façon une année 2021, durant laquelle elle s’est également imposée à Dubaï et Chicago. Ce titre est le dixième de sa carrière.

Pour sa quatrième participation à l’épreuve après 2015, 2016 et 2017, Muguruza jouait sa première finale. Contrairement à Sanchez qui fut la première de son pays à atteindre ce stade en 1993, finalement battue par l’Allemande Steffi Graff, au Madison Square Garden de New York, elle n’a pas laissé passer l’occasion de la remporter.

L'Espagnole Garbiñe Muguruza pendant la finale du Masters WTA contre l'Espagnole Anett Kontaveit, le 17 novembre 2021 à Guadalajara  (AFP - Ulises Ruiz)

L’Espagnole Garbiñe Muguruza pendant la finale du Masters WTA contre l’Espagnole Anett Kontaveit, le 17 novembre 2021 à Guadalajara (AFP – Ulises Ruiz)

Kontaveit, primo-participante, qui a dû sa présence au Mexique à sa fin de saison tonitruante, marquée par quatre titres décrochés, entre fin août et fin octobre, à Cleveland, Ostrava, Moscou et Cluj, était une rivale à ne pas mésestimer.

Et à la forme éblouissante de l’Estonienne, Muguruza a opposé son expérience des grands rendez-vous qui lui a certainement servi dans l’approche et les moments-clés de la rencontre.

Car c’est elle qui mieux entrée dans la finale, breakant une première fois pour mener 2-1, avant que son adversaire ne lui rende immédiatement la pareille. Une bonne réaction qui ne l’a pas empêchée ensuite de commettre trop de fautes directes, cédant à nouveau son engagement au septième jeu.

– 2022, l’année de Muguruza ? –

Muguruza, plus solide, a su empocher le premier set, grâce à un superbe lob défensif après un long échange, une fois de plus sur le service de Kontaveit.

L'Estonienne Anett Kontaveit pendant la finale du Masters WTA contre l'Espagnole Garbine Muguruza, le 17 novembre 2021 à Zapopan, au Mexique (AFP - Ulises Ruiz)

L’Estonienne Anett Kontaveit pendant la finale du Masters WTA contre l’Espagnole Garbine Muguruza, le 17 novembre 2021 à Zapopan, au Mexique (AFP – Ulises Ruiz)

Cette dernière a fait en sorte de forcer son destin dans la deuxième manche, résistant à de nombreuses balles de break pour elle en convertir une et mener 4-3, puis 5-3. Mais l’Espagnole a retrouvé son tennis de contre et sa longueur de balle, ce qui a déstabilisé sa rivale, pour remporte les quatre jeux suivants et s’imposer en 1h39 min.

Le Mexique réussit décidément bien à Muguruza, qui y a remporté le tournoi de Monterrey en 2018 et 2019.

Elle succède au palmarès à Barty, qui avait triomphé en 2019 à Shenzen en Chine. L’édition de l’an passé n’avait pu être maintenue en raison de la pandémie de Covid-19 et Celle de cette année a été délocalisée à Guadalajara pour les mêmes raisons.

Les absences auront été notables, de Serena Williams, qui soigne une cuisse, à Naomi Osaka, qui soigne son anxiété chronique, en passant par Barty, épuisée après sept mois passés sur le circuit loin de son Australie natale.

L’année 2021 a d’ailleurs été une des plus instables qui soit au sommet du tennis, avec huit finalistes différentes lors des quatre tournois du Grand Chelem, débouchant sur les victoires surprises de la Tchèque Barbora Krejcikova à Roland-Garros et la Britannique Emma Raducanu à l’US Open.

Autant de raisons, qui, s’ajoutant à l’incertitude entourant la santé physique et mentale des grandes championnes que sont Williams et Osaka, rendent imprévisible la saison prochaine.

A moins que Muguruza confirme son renouveau et profite de cet élan retrouvé pour imposer sa domination.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *