les Français très largement favorables à l’élargissement du rappel vaccinal pour tous les adultes


SONDAGE – Selon une étude Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, les mesures de lutte contre le virus sont plébiscitées, mais le couvre-feu et le reconfinement restent massivement rejetés.

À l’approche des fêtes de fin d’année, l’apparition de la cinquième vague inquiète les Français. Alors que le ministre de la Santé Olivier Véran annoncera jeudi à la mi-journée les mesures de l’exécutif pour lutter contre la reprise épidémique, un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro révèle l’état de l’opinion sur cette question. Fermement opposés à la réinstauration d’un couvre-feu (72%) et à un reconfinement généralisé (80%) – deux pistes d’ores et déjà «exclues» par le gouvernement -, les sondés se disent toutefois favorables à ce que de nouvelles décisions soient prises rapidement pour endiguer la circulation du Covid-19 sur le territoire.

À VOIR AUSSI – Véran: «L’extension de la troisième dose» discutée mercredi en Conseil de défense

Parmi les outils les plus plébiscités, l’élargissement du télétravail occupe la première place (84%). Suivent le rétablissement du port du masque dans les lieux publics (73%), le renforcement des contrôles sur le passe sanitaire (68%), et la réduction des jauges dans les lieux accueillant des publics importants (65%). Enfin, l’élargissement du rappel vaccinal à tous les adultes, quel que soit leur âge, est soutenu par près de trois Français sur quatre (72%), tandis qu’un sondé sur deux (53%) se dit enclin à solliciter une nouvelle injection le plus rapidement possible. La suspension du passe sanitaire pour les récalcitrants est cependant plus clivante (50%/49%).

Bien que les pistes envisagées par l’exécutif recoupent point pour point les désirs exprimés par les Français dans cette étude, ces derniers ne font majoritairement pas crédit à Emmanuel Macron d’une bonne gestion de la crise sanitaire. Plus de la moitié d’entre eux (54%) jugent en effet négativement son bilan depuis l’apparition de la pandémie en mars 2020. À tel point que près de trois sondés sur quatre (74%) redoutent que les manifestations violentes actuellement constatées en Europe (Belgique, Pays-Bas, Autriche) dans les Antilles (Guadeloupe, Martinique) ne soient importées dans l’Hexagone et se généralisent à l’ensemble de la métropole.


À VOIR AUSSI – Covid-19: «Il faut accélérer la 3ème dose et vacciner les 5 à 11 ans», pour Dr Gilbert Deray



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *