Pourquoi y a-t-il une cinquième vague alors que nous sommes très majoritairement vaccinés ?


DÉCRYPTAGE – Désormais, 90% des 12 ans et plus ont reçu deux injections en France. Une couverture vaccinale exceptionnelle qui aurait dû augurer un hiver tranquille. Ce qui n’est pas le cas.

Ce devait être le ticket pour un retour à nos vies d’avant, la promesse d’atteindre l’immunité de groupe… Mais près d’un an après le lancement de la campagne de vaccination, il faut se rendre à l’évidence : nous ne sommes pas encore complètement tirés d’affaire. Après un été relativement tranquille sur le front de l’épidémie, voilà qu’une nouvelle vague – la cinquième en France – submerge peu à peu l’Europe. Une vague qui, selon le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, va avoir un «impact important» d’ici la fin de l’année.

Pourtant, la population française – dont on a longtemps pensé qu’elle était réfractaire – a largement consenti à se faire vacciner. À l’heure où nous écrivons ces lignes, 90% des plus de 12 ans ont en effet reçu leurs deux doses. Une population en grande majorité vaccinée mais des hôpitaux qui continuent de se remplir… Comment expliquer ce paradoxe ?

Les raisons de la reprise épidémique

La recette de cette nouvelle vague repose sur quatre ingrédients : un virus plus contagieux,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *