la Haute Autorité de santé recommande un rappel pour tous les adultes, cinq mois après la dernière injection


Publiée quelques heures avant la prise de parole d’Olivier Véran, cette recommandation préfigure vraisemblablement ce que le ministre de la Santé va annoncer.

La Haute Autorité de santé (HAS) a recommandé jeudi 25 novembre que le rappel de vaccin contre le Covid-19 soit fait dès l’âge de 18 ans, cinq mois après la vaccination complète, dans un avis rendu juste avant de nouvelles annonces du gouvernement.

Cette recommandation préfigure vraisemblablement ce qu’annoncera le ministre de la Santé Olivier Véran à 12h30, alors que la France est touchée par une cinquième vague de l’épidémie qualifiée de «fulgurante» par le gouvernement. Dans un avis rendu seulement six jours auparavant, vendredi, la HAS préconisait que la dose de rappel soit faite à partir de 40 ans, 6 mois après la dernière injection.

À VOIR AUSSI – Véran: «L’extension de la troisième dose» discutée mercredi en Conseil de défense

Mais elle a décidé d’abaisser ces délais car la «reprise de l’épidémie» est «encore plus forte qu’attendue», explique-t-elle dans son nouvel avis. Elle «considère que le contexte épidémique préoccupant justifie une accélération de la campagne vaccinale en raccourcissant le délai entre primovaccination et dose de rappel», justifie la HAS, dont le rôle est d’inspirer la politique du gouvernement sur ces questions.

Projections de l’Institut Pasteur

Elle «recommande donc que l’administration d’une dose de rappel puisse désormais être réalisée dès 5 mois après la primovaccination et que la campagne de rappel puisse être élargie dès maintenant aux personnes âgées de 18 ans et plus».

La HAS se base notamment sur des projections de l’Institut Pasteur, qui évaluent la réduction du pic des hospitalisations si on administre la dose de rappel à partir de 18 ans.

Selon la HAS, cette réduction est de 39% si le rappel est fait 6 mois après la dernière injection, et passe à 50% si le rappel est fait à 5 mois. La HAS assure que le bien-fondé de cette stratégie est également illustré par «les données issues d’études en vie réelle menées en Israël».

Au delà du rappel, «il est primordial de poursuivre les efforts de vaccination des personnes non encore vaccinées», souligne la HAS. Enfin, elle insiste sur le «renforcement de l’adhésion aux gestes barrières à un haut niveau», afin de «préserver le système de soins et d’éviter des mesures restrictives».



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *