Pourquoi les jeunes sont les grands perdants de la crise sanitaire



Pourquoi les jeunes sont les grands perdants de la crise sanitaire

Portrait d’une génération sacrifiée. Selon l’Insee, qui publie ce jeudi 25 novembre sa grande enquête annuelle intitulée « France, portrait social », les jeunes sont bien parmi les grands perdants de la crise sanitaire commencée en mars 2020.

Premier point d’alerte, leur état de santé mentale. « Les jeunes adultes de moins de 30 ans risquent moins que leurs aînés de développer une forme grave de Covid‑19 et d’en décéder, note l’Insee. Cependant, leur état de santé mentale s’est nettement dégradé sous l’effet de la crise sanitaire et de ses impacts sociaux et économiques. »  De fait, avant l’apparition de la Covid-19, les jeunes adultes n’étaient pas plus sujets à la dépression que le reste de la population française. « 10 % des 18‑29 ans souffraient de syndromes dépressifs et 11 % des 30 ans », précise l’institut de statistiques. Soit dans les clous par rapport à leurs ainés. Retournement de situation en mars 2020 : « La prévalence des syndromes dépressifs atteint 19 % en mai 2020 pour les 18‑29 ans, soit 9 points de plus qu’en 2019, tandis qu’elle est stable aux âges plus élevés, poursuivent les experts de l’Insee. Cette forte hausse est surtout portée par les 18‑24 ans pour qui la prévalence des syndromes dépressifs double au cours de cette période,



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *