fbpx

Flamblée d’Omicron en Grande-Bretagne : la France prépare une riposte



Flamblée d'Omicron en Grande-Bretagne : la France prépare une riposte

Interrogé sur les arrivées en France en provenance du Royaume-Uni, le secrétaire d’Etat a répondu sur franceinfo « qu’évidemment on regarde dans quelle mesure on peut renforcer notre cadre et c’est le travail qui est mené actuellement et qui aboutira, je pense, dans les prochains jours ».

« Aujourd’hui il y a avec le Royaume-Uni une règle de test négatif de moins de 48 heures au départ pour pouvoir rejoindre la France, évidemment on regarde toujours dans quelle mesure on peut renforcer encore nos règles aux frontières », a-t-il précisé. Le Royaume-Uni, l’un des pays d’Europe les plus touchés par la pandémie avec presque 146.500 morts, est confronté à un raz-de-marée de cas liés au variant Omicron du coronavirus, qu’il tente d’endiguer avec une campagne de rappel vaccinal massive.

« Il y a une préoccupation très forte partout dans le monde vis-à-vis du variant Omicron dont il semble établi qu’il est encore plus contagieux que ne l’est le variant Delta », a souligné le porte-parole, selon qui « 133 cas ont été détectés » en France. « On a renforcé les règles aux frontières, j’ai annoncé la semaine dernière s’agissant des frontières qu’il y avait maintenant un test négatif nécessaire d’où qu’on vienne dans le monde en dehors de l’Union européenne, même si on est vacciné », a rappelé M. Attal.

« Il faut se préparer » au déploiement d’Omicron, « car les variants finissent toujours par s’imposer », a déclaré mardi matin le Premier ministre Jean Castex, au deuxième jour de son déplacement à Marseille, interrogé sur France Bleu Provence sur la cinquième vague de Covid-19.

« La vérité, c’est qu’on ne sait pas exactement encore quand ce variant va se déployer, mais l’expérience nous conduit à dire qu’il faut s’y préparer car finalement les variants finissent toujours pas s’imposer », a ajouté le chef du gouvernement.

« Même si la circulation (d’Omicron) aujourd’hui en France demeure faible, notre devoir c’est d’anticiper sur la base de ce qu’on sait », a plaidé Jean  Castex.

(Avec AFP)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.