«Un objectif, ranimer la flamme du macronisme»


CONTRE-POINT – Sous couvert de bilan, le chef de l’Etat a cherché ce mercredi soir à faire comprendre que son volontarisme était intact.

Il n’est pas besoin de déclaration officielle de candidature ou de décomptes rigoureux du CSA pour comprendre que le long entretien sur TF1 marque l’entrée personnelle d’Emmanuel Macron dans la campagne présidentielle.

Durant deux heures, le président a donc défendu son bilan. En soulignant la cohérence autant que la constance de son action, en dépit des turbulences hors norme de son quinquennat. À travers une foison d’exemples et de situations, le chef de l’État a cherché à convaincre qu’il s’était adapté sans se renier ; qu’il avait su composer avec les imprévus («gilets jaunes», Covid) sans changer de cap. En se défendant pied à pied, y compris sur ses maladresses d’expression, Macron a voulu convaincre que gouverner, plus que prévoir, c’est réagir.

Après la cohérence, l’expérience fut d’ailleurs le deuxième pilier de la démonstration macronienne. De manière moins explicite mais tout aussi décisive. Dans cette campagne qui s’ouvre, le titulaire de la fonction veut jouer de cet avantage…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 63% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *