fbpx

feu vert de l’Agence européenne des médicaments


L’utilisation de ce médicament est autorisée en cas d’urgence. Le régulateur européen a également approuvé deux autres traitements contre le Covid-19.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré ce jeudi 16 décembre avoir approuvé l’utilisation en cas d’urgence dans l’Union européenne de la pilule anti-Covid de Pfizer, qui n’a pas encore reçu une autorisation complète de mise sur le marché.

«Le médicament, qui n’est pas encore autorisé dans l’UE, peut être utilisé pour traiter les adultes atteints du Covid-19 qui n’ont pas besoin d’oxygène supplémentaire et qui présentent un risque accru de développer une forme sévère de la maladie», a déclaré l’EMA dans un communiqué.

L’EMA approuve deux nouveaux traitements

Le régulateur européen a aussi approuvé ce jeudi deux nouveaux traitements contre le Covid-19, le traitement par anticorps monoclonal de GlaxoSmithKline, ainsi qu’un médicament immunosuppresseur déjà autorisé dans l’UE pour le traitement de diverses affections inflammatoires.

Le traitement de GSK «réduit considérablement» les hospitalisations chez les patients à risque, a affirmé l’EMA, dans un communiqué. Quant au traitement Kineret du Suédois Sobi, déjà utilisé pour soigner l’arthrite et des maladies inflammatoires, il peut «empêcher le développement d’une insuffisance respiratoire sévère chez les patients atteints du Covid-19».

Le traitement de GSK, appelé Xevudy ou sotrovimab, «est destiné au traitement du Covid-19 chez les adultes et les adolescents qui n’ont pas besoin d’oxygène supplémentaire et qui présentent un risque accru de gravité de la maladie», a précisé l’EMA. L’utilisation du Kineret a été quant à elle «étendue au traitement du Covid-19 chez les patients adultes (…) ayant besoin d’un supplément d’oxygène (…) et qui risquent de développer une insuffisance respiratoire sévère».

Cinq médicaments autorisés

Xevudy est le troisième anticorps monoclonal approuvé dans l’UE pour le traitement du Covid-19, après l’autorisation en novembre de Regkirona et Ronapreve. Les anticorps sont l’une des bases de notre système immunitaire. Face à la présence d’un élément dangereux, comme un virus, notre corps en produit naturellement pour repérer l’envahisseur.

L’idée des anticorps de synthèse est de sélectionner des anticorps naturels et de les reproduire artificiellement pour les administrer ensuite en traitement, généralement par une perfusion. Kineret est quant à lui un médicament immunosuppresseur. Il agit en empêchant l’action d’un messager chimique impliqué dans les processus immunitaires qui conduisent à l’inflammation.

«Cela porte à cinq le nombre de médicaments autorisés dans le cadre de la stratégie thérapeutique de l’UE, atteignant ainsi l’objectif que nous nous étions fixé dans notre stratégie pour 2021», a salué la Commissaire européenne Stella Kyriakides, alors que «la vague de Covid-19 continuera d’augmenter dans toute l’UE au cours des prochains mois», dit-elle. «Pour traiter et sauver des vies, des thérapies sûres et efficaces seront cruciales, parallèlement à une vaccination et un rappel accrus», a-t-elle conclu.

À VOIR AUSSI – Pfizer signe un accord pour un accès mondial à sa pilule anti-Covid



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.