Gauche: « Ils se disputent sur le pont du Titanic en train de couler »



Gauche: "Ils se disputent sur le pont du Titanic en train de couler"

L’état de la gauche, c’est encore lui qui en parle le mieux. « Ils sont sur le pont du Titanic en train de se rejeter la responsabilité de la division alors que le navire coule », ironise le politologue Pascal Perrineau. A quatre mois de l’élection présidentielle, la gauche est en danger de mort. Atomisée en cinq candidatures, et marginalisée, elle pèse moins de 25% de l’électorat. Du jamais vu sous la Ve République. Et pourtant… Après la crise des « gilets jaunes » et l’irruption du Covid-19, la gauche aurait pu s’imposer. En quête de protection, les Français plébiscitent les orientations sociales de la gauche, qu’ils jugent encore la plus capable de mener à bien, sans pour autant se reporter sur ses candidats. Qu’il s’agisse de Jean-Luc Mélenchon (11 %), Yannick Jadot (7 %) ou Anne Hidalgo (4 %), aucun ne se qualifie au second tour.

Faiblesses idéologiques et structurelles



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *