La fin d’une époque : Airbus livre son dernier A380 à Emirates



La fin d'une époque : Airbus livre son dernier A380 à Emirates

PARIS (Reuters) – Airbus a livré jeudi son dernier superjumbo A380 à la compagnie Emirates de Dubaï, marquant la fin d’un modèle qui, s’il fut durant 14 ans un symbole du savoir-faire européen, n’a jamais comblé les ambitions commerciales de ses concepteurs.

La production du plus grand avion de ligne du monde – capable d’accueillir 500 personnes sur deux ponts, avec des avantages tels que des douches en première classe – s’est achevée après l’assemblage de 272 appareils, alors qu’un millier était attendu.

Airbus a abandonné le projet en 2019 lorsque les compagnies aériennes ont opté pour des modèles plus petits et plus légers.

Le transfert ce jeudi devrait être discret, en partie à cause des restrictions liées au COVID-19 mais aussi parce que l’avionneur européen concentre désormais ses efforts de communication sur les avantages environnementaux des petits avions.

Emirates est de loin le plus gros acheteur et croit toujours au potentiel de séduction du superjumbo, une opinion qui n’est pas partagée par les nombreuses compagnies aériennes qui ont abandonné l’A380 pendant la pandémie.

Le président d’Emirates, Tim Clark, a tenu tête aux sceptiques qui affirment que les jours des grands jets quadrimoteurs sont comptés.

« Je ne partage pas du tout ce point de vue (…). Et je crois toujours qu’il y a une place pour l’A380 », a-t-il récemment déclaré à des journalistes.

« Les technocrates et les comptables ont dit qu’il n’était pas adapté à sa fonction. (…) Cela n’a pas d’écho auprès de nos voyageurs. Ils adorent cet avion », a ajouté Tim Clark.

La disparition de l’A380 a laissé à l’abandon l’un des plus grands bâtiments du monde, une usine d’assemblage de 122.500 mètres carrés à Toulouse.

Airbus prévoit d’en utiliser une partie pour construire certains des modèles à fuselage étroit qui dominent les ventes, à l’image de l’accord avec la compagnie australienne Qantas Airways annoncé jeudi.

(Reportage Tim Hepher, version française Augustin Turpin, édité par Sophie Louet)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *