fbpx

Olivier Véran réfléchit à «un système de repentis» pour les bénéficiaires de faux passes sanitaires


Le ministre de la Santé a plaidé la clémence pour ceux qui font le choix de la vaccination après l’avoir refusée. «Tolérance zéro», en revanche, pour ceux qui fabriquent ces faux passes.

Devant les commissions des Affaires sociales et des Lois de l’Assemblée nationale, Olivier Véran a souhaité mercredi 15 décembre «que quelqu’un qui bénéficierait d’un faux document puisse se mettre en règle et qu’il y ait abandon des poursuites» car «l’urgence c’est que les gens se vaccinent, soient protégés». Le ministre de la Santé réfléchit en ce sens, avec son collègue de la Justice Éric Dupond-Moretti, à un «système de repentis», qui permettrait aux détenteurs d’un faux passe de ne pas être poursuivis s’ils se font vacciner.

«En revanche qu’on aille chercher, traquer, ceux qui font des faux passes», a martelé le ministre. Les médecins qui font des faux passes ou les professions de santé qui font des faux passes, des fausses injections: «Alors là, tolérance zéro», a-t-il ajouté.

Le faire savoir aux médecins

En outre, Olivier Véran a demandé aux malades hospitalisés pour Covid disposant d’un faux passe sanitaire de le faire savoir aux médecins car «la prise en charge n’est pas la même». «Si vous disposez d’un faux passe sanitaire ou si vous faites croire que vous avez été vacciné, lorsque vous arrivez à l’hôpital parce que vous êtes malade, dites-le tout de suite, que votre entourage le dise», a exhorté le ministre. «La prise en charge n’est pas la même. Vous avez déjà pris un risque majeur en ne vous faisant pas vacciner, vous en prenez un, pour vous-même, encore plus important si vous ne dites pas à votre médecin, à vos infirmières, à votre équipe, à votre entourage qu’en réalité vous n’êtes pas protégé a minima par des vaccins», a-t-il ajouté.

Une femme de 57 ans qui s’était procuré un faux certificat de vaccination est décédée du Covid-19 à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), avait indiqué vendredi Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’établissement, rappelant qu’un faux certificat de vaccination «ne protège pas contre le virus et peut aiguiller faussement le médecin qui vous prend en charge». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait indiqué dimanche que 400 enquêtes avaient été ouvertes pour démanteler des réseaux de faux passe sanitaires, dont «plusieurs milliers» ont été détectés en France par les forces de l’ordre.


À VOIR AUSSI – Faux passes sanitaires: «400 enquêtes» sont en cours, annonce Darmanin



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.