Darmanin veut rencontrer Fabius pour évoquer l’organisation de la présidentielle 2022


Compte tenu du contexte sanitaire, le ministre de l’Intérieur a demandé à rencontrer le président du Conseil constitutionnel pour évoquer les modalités du scrutin. L’exécutif assure cependant qu’un report de la présidentielle n’est pas sur la table.

L’élection présidentielle, dont le premier tour est dans moins de quatre mois, peut-elle être menacée alors que l’épidémie regagne du terrain en France? «Non», a répondu très clairement Olivier Véran, le ministre de la Santé, ce mercredi matin sur RMC/BFMTV. Il n’empêche que l’exécutif prend ses précautions. Selon une information du Parisien , confirmée au Figaro, Gérald Darmanin va demander à rencontrer Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel, pour évoquer l’organisation du scrutin dans un tel contexte sanitaire. Il l’a annoncé aux sénateurs mardi après-midi.

L’entourage de Gérald Darmanin explique que le ministre a également demandé à Jean-Denis Combrexelle – membre du conseil d’État et président de «la section du contentieux» – «de retravailler avec lui», comme il l’avait déjà fait pour les élections départementales et régionales. La prévention se met donc en place.

À VOIR AUSSI – Présidentielle 2022: «Le report de l’élection n’est pas du tout sur la table», assure Gabriel Attal

Des élections locales déjà reportées

Depuis le début de la pandémie en 2020, les différentes élections intermédiaires se sont toujours tenues dans un contexte sanitaire tendu. Lors de la première vague, et à deux jours du premier confinement, le premier tour des élections municipales avait été maintenu le 15 mars 2020. Mais compte tenu de la situation sanitaire critique, le second avait en revanche été reporté au 28 juin 2020. De la même manière, les élections régionales et départementales, prévues en mars 2021, avaient également été repoussées à juin 2021. Un éventuel report de la présidentielle, reine des élections, peut-il être également envisagé? Pour l’instant, l’exécutif balaie cette hypothèse. Et pour cause, la Constitution ne le prévoit pas formellement.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *