Joe Biden organise la réponse fédérale à la vague Omicron, dans un contexte de lassitude généralisée


Déclaration du président américain Joe Biden à propos de la réponse apportée à l’épidémie de Covid-19, à Washington, le 21 décembre 2021.

Mobiliser, rassurer et avertir, malgré la lassitude ambiante : à l’approche de Noël, Joe Biden s’est à nouveau adressé aux Américains au sujet du Covid-19, mardi 21 décembre. Face à la déferlante du variant Omicron du SARS-CoV-2, la Maison Blanche tente de promouvoir la vaccination auprès d’une minorité puissante de sceptiques et de recommander le port du masque. La vague qui monte compromet toute idée de retour à la normalité, que dessinait le recours à une troisième dose. Joe Biden lui-même a été testé lundi – résultat négatif – après avoir été en contact avec un conseiller à bord d’Air Force One, vendredi, qui a été déclaré positif après ce week-end, alors qu’il avait déjà reçu le booster.

« Je sais que vous êtes fatigués, que vous êtes frustrés, a dit Joe Biden. On veut tous que ça se termine. » Le président a insisté sur les différences avec mars 2020, soit le début de la pandémie, écartant l’idée d’un cycle sans fin. On est « hautement protégé » si on est vacciné, « à haut risque » si on ne l’est pas, a-t-il souligné. « C’est la seule chose responsable à faire », notamment pour soulager les hôpitaux. Selon les estimations officielles, le variant Omicron représente déjà 73,2 % des cas enregistrés entre les 12 et 18 décembre, contre 26,6 % pour le Delta. Le nombre de personnes hospitalisées a augmenté de 14 % pendant cette période, à 69 000.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Variant Omicron : Joe Biden refuse de reconfiner les Etats-Unis

La montée de cette vague puissante coïncide avec la période des vacances, entraînant une demande record de tests, longtemps négligés par les autorités. Joe Biden s’est défendu de tout retard sur ce point. Il a annoncé que près de 500 millions de kits gratuits seraient envoyés à la population, sur simple demande en ligne, et que de nouveaux centres de test seraient mis en place. En attendant, les millions d’Américains effectuant des déplacements pour les fêtes risquent de se transformer en vecteurs du variant Omicron. Les experts s’attendent donc à un début 2022 sombre.

La Maison Blanche a semblé prise de court par l’ampleur de la demande de tests et la vitesse fulgurante de contaminations par le nouveau variant. De nombreux experts estimaient qu’il ne deviendrait majoritaire qu’en janvier. Il y a deux semaines à peine, la porte-parole de la Maison Blanche avait répondu avec ironie à une interrogation sur la mise à disposition de tests. « On devrait juste en envoyer à chaque Américain ? s’interrogeait Jen Psaki. Et qu’arrive-t-il une fois que chaque Américain a un test ? Combien cela coûte-t-il, et qu’arrive-t-il ensuite ? » L’urgence a effacé ces considérations.

Il vous reste 50.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *