fbpx

Les Juifs boycottent les commémorations de «l’Auschwitz croate»


Des représentants de la communauté juive de Croatie ont boycotté vendredi 22 avril la cérémonie d’hommage aux victimes du camp de Jasenovac, considéré comme «l’Auschwitz croate», accusant les autorités de tolérance envers les sentiments pronazis exprimés dans ce pays des Balkans.

Ce camp était dirigé par le régime oustachi allié aux nazis allemands qui avait persécuté et massacré des centaines de milliers de Serbes, de Juifs, de Roms et d’opposants croates pendant la Deuxième guerre mondiale. Dénonçant une montée du «révisionnisme» en Croatie, les Juifs, les Serbes et les Roms de Croatie avaient déjà boycotté trois ans durant ces commémorations avant de décider de s’y joindre en 2020 et de parallèlement entamer un dialogue sur l’intolérance avec les autorités.

Une «grave erreur»

Les cérémonies communes commémorant la date du démantèlement du camp en 1945 n’ont pas eu lieu l’année dernière à cause de la crise du Covid-19. Le gouvernement conservateur de ce pays membre de l’Union européenne s’est retrouvé sous le feu des critiques ces dernières années pour ne pas avoir condamné la montée de l’idéologie oustachie et du révisionnisme historique parmi les franges les plus à droite.

Le dernier scandale en date a éclaté lorsqu’un émissaire du gouvernement dépêché à une cérémonie d’hommage à des paramilitaires de la guerre des années 1990 a récemment déclaré que la Croatie «n’existerait pas sans le 10 avril 1941». C’est à cette date que l’éphémère État indépendant croate (NDH), un allié de l’Allemagne nazie, avait été créé. Le gouvernement a tenté de prendre ses distances par rapport à ces propos, le Premier ministre Andrej Plenkovic déclarant vendredi que l’émissaire en question était «inexpérimenté» et avait commis une «grave erreur».

«Condamner clairement les crimes commis à Jasenovac est extrêmement important, non seulement pour les victimes, mais aussi pour les jeunes qui ne sont pas encore au fait de notre histoire», a-t-il dit au cours de la cérémonie. La communauté juive, qui exige que le gouvernement interdise officiellement tous les symboles oustachis, organisera sa propre commémoration la semaine prochaine. Dans la Croatie oustachie, qui englobait également toute la Bosnie, il y eut environ 80 camps de détention.

Le camp de Jasenovac fut le plus grand et le plus cruel d’entre eux. De nombreux détenus furent achevés à coups de marteau, de couteau ou encore lapidés. Le nombre des victimes est un sujet controversé, surtout depuis les guerres sanglantes qui ont accompagné l’explosion de l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Les évaluations varient d’environ 83.000, selon le musée de Jasenovac, à 700.000 morts, selon des sources serbes. Le musée du Mémorial de l’Holocauste à Washington donne le chiffre de 100.000.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.