fbpx

En manque de personnel, l’hôpital au bord de l’asphyxie


DÉCRYPTAGE – Après deux années de Covid, et des lits qui ferment déjà faute de personnel, les établissements hospitaliers sont très inquiets pour l’été. Une première crise pour la nouvelle ministre de la Santé.

À Bordeaux, le service des urgences contraint de restreindre son accès la nuit. À Chinon, l’activité des urgences carrément suspendue, faute de personnel. Presque 20 % des 620 hôpitaux ou cliniques dotés d’un service d’urgences seraient touchés, selon l’association Samu-Urgences de France. En Seine-Saint-Denis, des maternités sont elles aussi menacées de fermeture, alors qu’une sage-femme sur trois manque à l’appel. Même un service de pointe, au cœur de Paris, comme celui d’immunopathologie clinique de l’hôpital Saint-Louis est confronté à des difficultés de recrutement d’infirmières de nuit.

Entre démissions, arrêts de travail, difficultés à recruter, l’absentéisme s’accroît à l’hôpital, qui sort éreinté de deux ans de Covid et affaibli par des difficultés structurelles plus anciennes. «Des lits sont fermés dans plus de trois quarts des établissements, beaucoup de blocs tournent au ralenti et on note dans toutes les régions des fermetures de services d’urgence», s’inquiète Frédéric Valletoux…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.