fbpx

Vivendi détient la majorité des parts du groupe Lagardère après la première phase de son OPA


Le groupe de Vincent Bolloré a dit « prend[re] acte avec satisfaction » du résultat. Le géant français des médias Vivendi, maison mère de Canal+, Havas et Editis, détient 55,4 % du capital de Lagardère à l’issue de la première phase de son OPA sur le groupe, a-t-il annoncé mercredi 25 mai.

Vivendi, qui détenait déjà 45 % des actions, va rouvrir son offre du 27 mai au 9 juin pour acquérir davantage d’actions du groupe. Il maintient son prix de 25 euros par action (incluant le dividende 2022 de 50 centimes) jusqu’à cette date. Au-delà, jusqu’à fin 2023, les actionnaires qui ne souhaitent pas céder leurs titres dès maintenant pourront toujours les vendre lors d’une période subsidiaire, mais au prix inférieur de 24,10 euros par action.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés OPA de Vivendi sur Lagardère : les coulisses d’un raid éclair

« Le résultat définitif de l’OPA après réouverture sera publié par l’AMF [Autorité des marchés financiers] le 14 juin 2022 », précise Vivendi dans son communiqué.

Plusieurs autorisations en attente

L’issue de l’opération reste soumise à l’autorisation de plusieurs instances. La Commission européenne pourrait imposer des « remèdes » pour valider le mariage entre les éditeurs Editis et Hachette. Quant à l’Arcom (ex-CSA), elle doit se prononcer sur la prise de contrôle des radios de Lagardère (Europe 1, Virgin Radio et RFM).

Sur ce dernier point, Arnaud Lagardère, PDG du groupe qui porte son nom, a annoncé le 10 mai un projet pour conserver le contrôle de ses radios, sans donner plus de détails dans l’immédiat.

Propriétaire de 11 % des parts de l’entreprise Lagardère, il avait fait savoir qu’il n’apporterait pas ses titres à l’offre principale, mais s’était dit prêt à participer à l’offre subsidiaire.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Arnaud Lagardère ouvre la voie à une cession de ses titres

Le fonds souverain du Qatar (QIA), actionnaire historique de Lagardère avec 11,5 % des actions, avait quant à lui manifesté son intention de ne pas apporter ses titres à l’opération. Quant au patron de LVMH, Bernard Arnault, qui détient près de 10 % du groupe via la Financière Agache, il avait fait part de sa volonté d’apporter 2 % du capital à l’offre principale et le solde à l’offre subsidiaire.

Vivendi était entré au printemps 2020 au capital de Lagardère, alors affaibli par la crise du Covid-19 (notamment sur son réseau de boutiques dans les gares et aéroports) et menacé par une fronde actionnariale. Le groupe de Vincent Bolloré avait su s’allier au fonds activiste Amber Capital pour obtenir une transformation de la citadelle imprenable Lagardère en société anonyme ordinaire et, surtout, susceptible d’être l’objet d’une OPA.

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.