fbpx

à Cherbourg, Macron vient annoncer une «mission flash» sur les urgences


INFO LE FIGARO – Le chef de l’État, en déplacement mardi dans la Manche, confie au président de Samu-Urgences de France, François Braun, le soin d’apporter des solutions à un système de santé en pleine crise.

Envoyé spécial à Cherbourg (Manche)

L’hôpital public est exsangue. Déjà fragilisés de longue date par des manques de moyens humains et financiers, les personnels soignants et les professionnels de santé ont été mis à rude épreuve par deux années d’une crise épidémique sans précédent. Compensée ces derniers mois par les efforts déployés par les blouses blanches pour faire face aux vagues successives de Covid-19, la précarité de ce secteur clé est désormais cruellement remise en lumière. À l’approche des vacances d’été, quelque 120 services d’urgences seraient ainsi fermés ou menacés de l’être dans le pays, selon une liste établie par l’association Samu-Urgences de France (SUdF).

À VOIR AUSSI – Hôpitaux: «Tout le monde s’inquiète pour l’été», alerte Martin Hirsch

D’où le déplacement d’Emmanuel Macron au Centre hospitalier public du Cotentin, à Cherbourg (Manche), ce mardi après-midi. L’occasion, pour le président de la République, de promouvoir le «modèle» de fonctionnement local, où l’accès aux soins – tant aux urgences hospitalières qu’en médecine de ville – s’est collectivement organisé autour de différents acteurs, permettant ainsi d’éviter les saturations. Ce, grâce notamment à une intermédiation téléphonique quotidienne du Samu, entre 15 heures 30 l’après-midi et 8 heures du matin.

L’occasion aussi pour le chef de l’État, selon les informations du Figaro, d’annoncer la création d’une «mission flash» sur les urgences. Chargé de proposer des solutions, ce groupe de travail devrait être confié au chef des urgences du CHR Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France, François Braun, pour qui une chaise a d’ailleurs été installée au premier rang de la petite salle de réunion improvisée sur place. L’homme, qui s’est fait connaître du grand public durant la pandémie, a notamment joué les rôles de «M. Santé» auprès du président-candidat durant la campagne, au côté de deux confrères.


À VOIR AUSSI – Urgences: «L’hôpital est sous l’eau», lance Mathias Wargon



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.