fbpx

Comment Wilson assoit sa domination sur le tennis mondial



Comment Wilson assoit sa domination sur le tennis mondial

Un moment, Rafael Nadal les a trouvées « super lourdes ». D’autres joueurs les ont également critiquées. Mais les balles Wilson sont toujours là. Les champions s’en sont accommodés. Aujourd’hui, ils n’y trouvent rien à redire. A Roland-Garros, les balles de la marque américaine règnent en maître. Avant chaque match sur les trois courts principaux, elles sont annoncées par le speaker. Et sous les applaudissements des fans, un ramasseur fait son entrée sur le terrain en portant un sac rempli de balles Wilson. Depuis 2020, la marque de Chicago est l’équipementier officiel de Roland-Garros (balles, raquettes, sacs, cordages, accessoires). Un contrat qui, d’après certains experts, tournerait autour de 3 millions d’euros, un montant environ trois fois supérieur à celui que déboursait son prédécesseur, le français Babolat.

Propriété depuis 2019 d’Anta Sports, une multinationale chinoise qui détient un portefeuille d’une dizaine de marques, Wilson est avec le japonais Dunlop, le numéro un mondial des balles de tennis (27% de parts de marché). L’entreprise en produit chaque année 80 millions essentiellement dans son usine de Thaïlande. Ce n’est qu’un début. La petite balle jaune est en plein boom. Alors que les tournois professionnels ont subi de plein fouet le Covid, le tennis, dans sa version sport amateur, est une des rares activités à avoir « profité » de la crise sanitaire. « On le pratique sans risques, indique Bertrand Blanc, directeur commercial de Wilson en France. En France, le nombre de licenciés augmente. Aux Etats-Unis, le marché a cru de 21% depuis deux ans. » Une bonne nouvelle pour Wilson. Les Américains sont des puristes. Pas question de jouer avec des balles usagées même en bon état. A chaque partie, ils ouvrent une nouvelle boîte.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.