fbpx

Comment les hôpitaux font face à la pénurie de soignants



Comment les hôpitaux font face à la pénurie de soignants

C’est à la visite d’un hôpital à Cherbourg que le président réélu a consacré son premier déplacement officiel le 31 mai. Emmanuel Macron y a annoncé le lancement d’une « mission flash » pour ausculter l’état des services d’urgences et la prise en charge des soins non programmés. Il a confié ce travail au docteur François Braun, médecin urgentiste et ancienne tête pensante de son programme santé. « Territoire par territoire, la mission devra expliquer où sont les manques, pouvoir les chiffrer, et donner de premières pistes pour répondre à ce problème », a détaillé le chef de l’Etat. Le rapport doit être bouclé d’ici la fin du mois de juin.

Il faut dire que, depuis dix jours, l’alerte sur la situation des hôpitaux est sonnée quasi quotidiennement. Le 20 mai, l’association Samu-Urgences dénombrait 120 services d’urgences, sur près de 700, « avec de graves difficultés de fonctionnement ». Le 21 mai, le CHU de Bordeaux limitait l’accès la nuit d’un de ses principaux services d’urgences. Le 25 mai, l’Association des petites villes de France s’alarmait de la suspension des urgences dans plusieurs petites communes. Le 28 mai, des manifestants protestaient à Senlis contre la fermeture « provisoire » de leur service qui dure depuis cinq mois. Le 30 mai, Martin Hirsch, le patron du puissant réseau des 38 hôpitaux d’Île-de-France, prévenait que « tout le monde s’inquiète pour l’été ». Chaque fois, c’est le même diagnostic: le manque criant de personnels empêche les hôpitaux de tourner.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.