fbpx

Hand: le Paris SG signe une saison parfaite en Starligue



Hand: le Paris SG signe une saison parfaite en Starligue

Pour la première fois dans l’histoire du championnat de France masculin de handball, le Paris SG est parvenu à boucler une saison avec seulement des victoires au compteur, la 30e conquise mercredi soir contre Créteil (38-33) dans sa salle de Coubertin.

Les coéquipiers de Luka Karabatic avaient assuré le titre de champion de France, le huitième consécutif et le neuvième au total, dès la 25e journée il y a déjà un mois. Depuis le rachat du club par le Qatar à l’été 2012, les Parisiens avaient toujours concédé une défaite ou un match nul au moins par saison.

Par le passé, Montpellier s’était approché de la saison parfaite à deux reprises en 2009/10 et 2010/11, en concédant une seule défaite, alors qu’à l’époque le championnat comptait 14 équipes, contre 16 depuis la saison 2020/21.

Avec deux matches nuls lors de la saison 1995/96, l’OM-Vitrolles avait terminé la saison invaincu, tout comme les Parisiens en 2019/20, qui n’avaient concédé qu’un seul match nul au cours d’un exercice écourté en raison de la pandémie de Covid-19.

Cette saison, les deux déplacements à Montpellier et à Nantes ont été les deux matches les plus serrés des joueurs de Raul Gonzalez, qui se sont à chaque fois imposés d’un but, 34 à 33 à Montpellier sur un but à la toute dernière seconde de Mikkel Hansen, et 30 à 29 à Nantes.

Ce record d’invincibilité sur une saison tenait à coeur aux Parisiens, notamment après l’élimination prématurée en quarts de finale de la Ligue des champions à Kiel, une défaite d’un but (63-62 sur l’ensemble des deux matches).

– Encore une Coupe dans trois jours –

« On en s’en rend peut-être pas encore compte maintenant, mais faire un sans faute dans la Starligue, avec le niveau qui est tellement relevé, je pense que c’est un exploit. Il ne faut pas le minimiser, ça a été un investissement tout au long de la saison, on n’a jamais faibli. On a fait quelque chose d’historique », a commenté le capitaine Luka Karabatic après la rencontre.

Mercredi, dans leur salle de Coubertin et portés encore une fois par les ultras parisiens du foot venus en voisins, les joueurs du PSG n’ont pas connu les mêmes sueurs froides que face à Nantes ou Montpellier, dominant les Cristoliens qui se sont retrouvés derrière au score dès les premières secondes de la rencontre. Nikola Karabatic a livré une prestation pleine avec sept buts sur sept tirs, meilleur buteur parisien.

La rencontre entre Parisiens et Cristoliens a été marquée par la blessure sérieuse au genou gauche de Boïba Sissoko, qui est sorti du terrain porté par Nedim Remili et deux de ses coéquipiers de l’US Créteil.

Avant un gros renouvellement d’effectif (départs de Mikkel Hansen à Aalborg, de Vincent Gérard à Saint-Raphaël, de Nedim Remili et Benoît Kounkoud à Kielce, de Yann Genty à Limoges), les Parisiens auront un dernier trophée à aller chercher, samedi à Bercy en finale de la Coupe de France contre Nantes, deuxième du championnat.

Dans les autres matches de la soirée, Nîmes est allé s’imposer à Limoges, pour ce qui devait être le dernier match de l’international Michael Guigou, qui n’a finalement pas été aligné sur la feuille de match.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.