fbpx

l’«harmonisation» des notes, symbole de la constante fuite en avant du «monument national»


DÉCRYPTAGE – 40 % du bac relève désormais du fameux contrôle continu. Les résultats des élèves sont souvent «harmonisés». Et plutôt à la hausse.

Un énième «bidouillage»? À chaque édition du bac, son lot de polémiques. D’autant plus depuis l’introduction, avec la réforme Blanquer, d’une part de contrôle continu, dont la crise du Covid a mis en lumière les biais. En ligne de mire: un bac dont le taux de réussite atteint des sommets, au risque de ne plus rien signifier.

Cette année, c’est avec surprise que des correcteurs d’épreuves de spécialités, organisées en mai, ont observé que les notes avaient été remontées dans les trois académies d’Île-de-France, notamment dans les spécialités histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) et humanités, littérature et philosophie (HLP). «Généralement de 1 point et de manière quasi systématique, rapporte Jean-Rémi Girard, au syndicat d’enseignants Snalc. Et ce n’était pas forcément des copies en difficulté.»

Rien de neuf sous le soleil, a répondu en substance le ministère de l’Éducation, lundi. «Il s’est passé la même chose que chaque année», argumente-t-il. Des «commissions…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.