fbpx

Tematai Le Gayic, 21 ans, élu en Polynésie et plus jeune député de l’histoire de la Ve République


C’est une victoire hautement symbolique obtenue au bout d’un long suspense. A 21 ans, le candidat indépendantiste Tematai Le Gayic, soutenu par la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), est élu plus jeune député de l’histoire de la Ve République dans la 1re circonscription de Polynésie française. Il devance Nicole Bouteau, ancienne ministre du travail et du tourisme, soutenue par Ensemble !, la coalition présidentielle.

Lire aussi : Législatives 2022 en direct : « Il fait beau, autour de moi les gens ont préféré profiter du week-end », paroles d’électeurs lors du second tour

M. Le Gayic, qui appartient au parti Tavini huira’atira (« servir le peuple »), obtient 50,88 % des suffrages exprimés, selon les chiffres selon les chiffres de la préfecture de Polynésie, contre 49,12 % pour Mme Bouteau. C’est une victoire inattendue pour le jeune indépendantiste, puisque au premier tour, il était arrivé en deuxième position avec 20,10 %, contre 41,90 % – soit plus de vingt points de retard – pour sa concurrente. Dans cette circonscription, M. Le Gayic succède ainsi à Maïna Sage, qui appartenait à l’UDI, et ne s’était pas représentée.

M. Le Gayic bat ainsi le record du plus jeune député de l’histoire de la Ve République, précédemment détenu par Marion Maréchal, élu à l’époque sous l’étiquette Front national (devenu depuis Rassemblement national). En 2012, la nièce de Marine Le Pen, alors âgée de 22 ans, s’était imposée dans la 3circonscription du Vaucluse, à Carpentras, au détriment du député UMP sortant, Jean-Michel Ferrand. La petite fille de Jean-Marie Le Pen avait bénéficié du maintien lors de cette triangulaire de la socialiste Catherine Arkilovitch.

Lire aussi : Résultats des législatives 2022 : la majorité subit plusieurs revers aux Antilles et en Guyane, où la participation a été plus élevée au second tour

Carton plein des indépendantistes en Polynésie

Le parti indépendantiste Tavini huira’atira fait carton plein en Polynésie, en parvenant à faire élire ses trois candidats à l’Assemblée nationale.

Outre Tematai Le Gayic dans la 1re circonscription, Steve Chailloux, un jeune professeur de tahitien, est élu avec 58,89 % des voix dans la 2e circonscription face au candidat de la majorité présidentielle, Tepuaraurii Teriitahi (41,11 %). La victoire du député sortant, Moetai Brotherson (61,32 %), était plus attendue dans la 3e circonscription : il bat Tuterai Tumahai (38,68 %), un autonomiste novice en politique qui avait surpris en exprimant à plusieurs reprises au cours de la campagne son adhésion aux idées de son adversaire.

Les étiquettes politiques nationales influencent peu les électeurs polynésiens, qui se positionnent surtout en fonction des consignes des partis locaux. Le parti indépendantiste doit aussi sa victoire à un front des oppositions contre la majorité locale.

C’est la première fois que le parti indépendantiste Tavini huira’atira parvient à faire élire plus d’un député, et la première fois qu’il remporte une élection sans alliance. A un an des élections territoriales, le scrutin le plus important en Polynésie française, c’est aussi un avertissement au parti majoritaire et au gouvernement d’Edouard Fritch, mis en difficulté par la crise économique consécutive à l’épidémie de Covid-19.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’hypothèse d’une majorité relative, impensé du second quinquennat d’Emmanuel Macron

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.