fbpx

Législatives: les derniers dinosaures du Palais Bourbon



Législatives: les derniers dinosaures du Palais Bourbon

C’est le nouveau doyen des députés en termes de longévité. Le centriste Charles Amédée de Courson, pilier indéboulonnable de la commission des finances depuis 1993, a été réélu confortablement dans la Marne, avec 63% des voix. Il va donc entamer son septième mandat consécutif! Grande gueule, doté d’un humour un brin déroutant, rarement tendre avec ses collègues, ce spécialiste des questions budgétaires est néanmoins très respecté sur les bancs du Palais Bourbon où il jouit d’une image d’incorruptible. Il s’était d’ailleurs vu décerner un prix de l’éthique par l’association Anticor. Il a notamment ferraillé contre l’arbitrage favorable à Bernard Tapie et présidé la commission d’enquête sur Jérôme Cahuzac. A 70 ans, de Courson fait partie des rares représentants de la vieille garde du Palais Bourbon.  

Pas de limite au cumul dans le temps

Une partie avait été balayée lors de la vague macroniste de 2017, qui a amené 70% de néophytes à l’Assemblée. Certains barons locaux avaient aussi déserté en raison de la loi sur le non cumul des mandats, préférant conserver leur poste de maire. Dans le nouveau monde d’Emmanuel Macron, il était même question de limiter aussi le nombre de mandats dans le temps. Une mesure défendue par Transparency International: « de la mairie jusqu’au Parlement, permettre à un élu d’occuper un mandat pendant une période trop longue freine nettement le renouvellement de la vie politique et accentue le risque que se développent des pratiques clientélistes. » L’ONG constatait que la plupart des atteintes à la probité adviennent au-delà du premier mandat. 



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.