fbpx

Biden, après sa rencontre controversée avec « MBS », conclut son voyage en Arabie saoudite


Pour éviter qu’il ne reste de ce voyage qu’une image, celle d’un salut controversé échangé avec « MBS », Joe Biden va s’efforcer samedi, pour sa dernière journée en Arabie saoudite, de promouvoir sa vision pour le Moyen-Orient.

Le président américain va avoir des réunions bilatérales avec les dirigeants d’Égypte, des Emirats Arabes Unis et d’Irak, puis participera à un sommet dit du « GCC+3 ».

La réunion organisée à Jeddah, deuxième ville d’Arabie saoudite, située au bord de la mer Rouge, rassemblera les six membres du « Conseil de coopération du Golfe », à savoir l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar, ainsi que l’Égypte, la Jordanie et l’Irak.

Le président démocrate de 79 ans va « présenter clairement et de manière substantielle sa vision » pour le Moyen-Orient, au travers de grands projets d’infrastructure entre autres, a dit vendredi son conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan.

– Un « vide » –

« Nous n’allons pas laisser un vide que viendraient remplir la Chine et la Russie », a dit pour sa part vendredi Joe Biden.

Cette seconde journée en Arabie saoudite conclut la première tournée dans la région du président américain.

Elle l’a emmené en Israël, où il a reçu un accueil très chaleureux, puis auprès du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dans une ambiance nettement plus fraîche.

Le prince Khaled al-Faisal accueille le président américain Joe Biden à l'aéroport de Jeddah, Arabie saoudite, le 15 juillet 2022
 (MEDIA OFFICE OF THE GOVERNOR OF MECCA/AFP - -)
Le prince Khaled al-Faisal accueille le président américain Joe Biden à l’aéroport de Jeddah, Arabie saoudite, le 15 juillet 2022
(MEDIA OFFICE OF THE GOVERNOR OF MECCA/AFP – -)

Ce voyage est d’ores et déjà marqué par une image qui abîme l’image d’un président promettant de mettre les droits humains au cœur de sa diplomatie.

C’est celle de Joe Biden reçu à Jeddah par le prince héritier Mohammed ben Salmane, avec qui il échange un « check » du poing – cette salutation qui s’est répandue pour cause de Covid-19.

Il avait pourtant promis de faire du pays un « paria » et entretenu des relations tendues avec « MBS » qui, à 36 ans, est de fait aux commandes de la riche monarchie pétrolière.

Washington avait publié les conclusions de ses services de renseignement estimant que le prince héritier avait « approuvé » l’assassinat en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Joe Biden a assuré vendredi, dans un point presse organisé à la hâte en soirée, avoir évoqué cette affaire « au tout début » de sa réunion avec MBS, assurant avoir été « on ne peut plus clair ».

Mais il a aussi accueilli avec un rire moqueur la question d’une journaliste sur l’impact de son interaction controversée avec « MBS ».

Les autorités saoudiennes ont toujours nié la responsabilité directe du prince héritier.

– Pétrole –

Le président américain veut retisser les liens avec l’Arabie saoudite, allié stratégique de longue date, notamment face à l’Iran, et l’un des premiers exportateurs de pétrole brut au monde.

Washington espère que Ryad ouvre les vannes pour calmer la flambée des prix à la pompe, à quelques mois des élections de mi-mandat aux Etats-Unis.

Joe Biden a assuré que ses discussions avec les officiels saoudiens vendredi ont été fructueuses, mais a prévenu qu’il ne fallait pas attendre un impact concret « avant plusieurs semaines ».

Du côté des ONG et des proches de Saoudiens emprisonnés, la désillusion est de mise.

Session de travail entre les délégations américaine et saoudienne le 15 juillet 2022 à Jeddah, Arabie saoudite, avec le président Joe Biden et le prince
Session de travail entre les délégations américaine et saoudienne le 15 juillet 2022 à Jeddah, Arabie saoudite, avec le président Joe Biden et le prince « MBS » (AFP – Mandel NGAN)

« Je ne suis pas très optimiste quant à cette visite », a déclaré Sarah al-Haider, dont le frère Salah, un militant de nationalité saoudo-américaine, a été libéré l’année dernière après près de deux ans de prison, mais reste sous le coup d’une interdiction de quitter son pays.

« Les incidents passés prouvent que les dirigeants en Arabie saoudite peuvent faire ce qu’ils veulent sans aucune répercussion », a-t-elle dit à l’AFP.

La tournée de Joe Biden est par ailleurs destinée à inciter l’Arabie saoudite et d’autres à normaliser leurs relations avec Israël, comme l’ont fait d’autres pays du Golfe.

Ses conversations à Jeddah ne seront pas toutes faciles, en particulier avec l’Irak, très hostile à tout rapprochement avec l’Etat hébreu.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.